Groupe:

Riot V

Date:

10 Octobre 2018

Interviewer:

Blaster Of Muppets

Interview Don, Mike, Nick & Frank (face à face)

Bonjour messieurs, merci de consacrer un peu de votre temps à notre webzine AuxPortesDuMetal.com

Don : C'est cool, mec. Merci de nous accorder le vôtre.

Comment se passe cette tournée avec Primal Fear jusqu'ici ?

Don : C'est super. C'est l'une des étapes qu'on voulait franchir pour continuer à porter le groupe et son héritage et le faire évoluer. Quand tu es sur un label comme Nuclear Blast, tu commences à avoir de meilleures tournées et ça te permet d'aller là où il te faut être plutôt que de stagner. En plus, les gars de Primal Fear sont top, les roadies, tout le monde est super sympa... Nous sommes très satisfaits. Les groupes se complémentent bien, on fait du heavy metal mais le style n'est pas totalement similaire. On se sent chanceux de faire partie de cette tournée et on veut que les choses continuent dans cette direction.

A part un concert au festival Fall Of Summer il y a deux ans, vous n'avez pas beaucoup tourné en France ou en Europe pendant un bon moment... Il semblerait que le changement de label ait vraiment changé la donne pour vous...

Don : C'est clair que ça aide. SPV était une bonne maison de disque, ils ont fait du bon boulot... mais tu veux un label qui puisse te pousser plus loin et te faire accéder à un autre niveau. On voulait de meilleures tournées et l'opportunité de prendre la route avec Hammerfall, Arch Enemy ou Nightwish,... et Nuclear Blast peut nous offrir ce genre de choses. Nos ventes sont meilleures maintenant, on a été numéro 22 en Allemagne, numéro 1 au Japon... On est plus visibles. Et tout cela va nous mener vers de plus nombreuses opportunités : de meilleurs agents, de meilleures tournées... La tournée actuelle est l'une des plus grandes que l'on ait faites depuis la fin des années 80 ou le début des années 90. C'est clairement un pas dans la bonne direction. Après cette tournée, on va en faire une autre et ensuite, on a un disque prévu pour 2020, toujours avec Nuclear Blast, ce qui va nous amener sur de nouvelles tournées par la suite... C'est ce qui se passe avec un tel label, tu restes visible et il te fait bien promouvoir ton disque.

Prévoyez-vous de tourner en tête d'affiche ou est-ce encore un peu tôt pour cela ?

Mike : On va sans doute faire quelques concerts en tête d'affiche aux Etats-Unis et en Amérique du Sud. Tout n'est pas encore réglé mais on y travaille.

Don : Avant cette tournée, on a eu quelques dates en Europe mais c'était juste une petite tournée, quelques shows entre deux festivals comme le Wacken... Mais en 2019, on va revenir chez nous, faire quelques dates là-bas et en Amérique du Sud, on va aussi participer à la croisière 70000 Tons Of Metal... c'est ce que l'on a pour l'instant, ça et aussi quelques petites choses dont on ne peut pas encore parler pour le moment mais qui pourraient être bien cool, hé hé...

Parfait. Je me demandais s'il avait été facile, après la mort de Mark Reale, de prendre la décision de continuer alors qu'il ne restait plus aucun membre fondateur à bord et de le faire accepter aux fans. N'aviez-vous pas un peu peur que certains ne voient pas cela d'un bon œil ?

Mike : J'avais un peu peur moi-même. Pas juste de ce qu'allaient penser les fans mais de ce que nous allions être capables de faire sans Mark. Il n'était pas juste un membre fondateur, c'était LE membre fondateur le plus important, il incarnait l'esprit de Riot. Mais bon, tu sais, je m'occupe de M. Reale, le père de Mark. Il n'a pas eu d'autre enfant et c'est donc moi qui m'occupe assez souvent de lui... et il a demandé que nous continuions à faire vivre le groupe. C'est cela qui m'a poussé à le faire. Et puis, Donnie a joué un rôle très important aussi... il s'est tout de suite mis à écrire des chansons, c'est un super compositeur, et il a trouvé Todd Michael Hall, notre nouveau chanteur...

Don : Tu sais, dans notre cas, on n'a pas juste perdu un membre du groupe... Mark était comme un membre de la famille, comme un frère... Au début, Mike ne se voyait pas continuer et j'étais moi-même plein d'appréhension. Puis, il y a eu la discussion avec le père de Mark. Cela nous a amené à donner quelques concerts avec Frank, Nick et Todd... et les réactions ont été super positives. On s'est alors mis à écrire de nouveaux morceaux car le label était intéressé et voulait que nous sortions un album. On s'est donc dit qu'on allait voir où tout cela allait nous mener.

Mike : Ouais. On s'est vraiment demandé "Est-ce qu'on peut le faire ?"... On a eu ces concerts et ils se sont super bien passés... alors on a écrit un album et il a été très bien reçu... on a vraiment procédé pas à pas.

Don : On a vraiment eu de la chance de tomber sur les bonnes personnes. Il fallait trouver une nouvelle alchimie au sein du groupe pour que tout cela fonctionne. Frank avait déjà joué dans Riot sur l'album "Army Of One", Nick a été l'étudiant de Mike, Todd m'a été conseillé par un ami... tous ces éléments se sont mis en place et ça a marché... je trouve que le groupe sonne de façon phénoménale. C'est un super line-up et c'est ce qui a notamment attiré l'attention de Nuclear Blast. Ils nous ont vus au festival Bang Your Head et nous ont dit que nous les intéressions.

Il y a des allusions ou références bibliques dans certains morceaux de votre nouvel album, diriez-vous que la religion joue un rôle de plus en plus important dans vos paroles dorénavant ?

Mike : Pas tant que cela, non. Pas pour moi en tout cas. Cela ne me dérange pas... Je m'intéresse à la spiritualité même si je ne me considère pas comme quelqu'un de religieux. Cela est davantage dû à Todd qui est très religieux et voyage toujours avec sa bible... forcément, ça se ressent dans certains des textes qu'il écrit.

Don : Todd a écrit plus de paroles pour ce disque, on l'a un peu laissé faire... et la plupart du temps, je trouve qu'il a d'excellentes idées. Bien sûr, on ne va pas trop s'aventurer sur un chemin qui ne correspondrait pas au style du groupe... Mais quand j'ai entendu "Messiah" ou "Armor Of Light", j'ai vraiment trouvé que les paroles sonnaient bien et qu'elles portaient un message positif. C'est cool.

Est-ce qu'il vous reste des chansons écrites avec Mark Reale que vous pourriez utiliser pour vos prochaines sorties ?

Don : On a bien quelques petites choses ici et là. D'ailleurs, sur "Armor Of Light", la chanson "San Antonio" est une compo écrite avec Mark à l'époque où nous avons fait l'album "Immortal Soul". On a décidé de la retravailler, Frank est arrivé avec quelques idées et nous a aidés pour les arrangements... Je suis d'ailleurs originaire de San Antonio et c'est Frank qui a écrit les paroles... alors qu'il vient du New Jersey. Donc, sur le prochain album, je vais écrire une chanson que j'intitulerai "New Jersey", ha ha... Bon, pour revenir à la question, cette chanson a donc été co-écrite avec Mark et on en a quelques autres, des riffs ou quelques idées sur lesquelles on pourrait travailler plus tard...

Mike : Tu sais, sur l'album précédent, j'ai écrit une chanson pour Mark, Donnie également et Frank aussi voulait écrire quelque chose pour Mark qui aimait beaucoup San Antonio, il a d'ailleurs été enterré là-bas...

Frank : Oui, c'est ça, il adorait vraiment San Antonio, c'était un peu comme sa deuxième maison.

Don : Tout à fait, il y a d'ailleurs un peu vécu avec moi à un moment. C'est à San Antonio que mon histoire avec Riot a commencé, quand j'ai rejoint le groupe en 1984. C'est là-bas que j'ai rencontré Mark. C'est un super endroit et il y a beaucoup de fans là-bas. J'y ai grandi et Riot passait souvent à la radio... quand j'étais gamin, j'allais en cours et j'entendais des chansons de Riot à la radio... J'ai d'abord été fan avant de rejoindre le groupe. 

Il me semble que c'était un peu la même chose pour toi, Mike, n'est-ce pas ?

Mike : Oh oui. Je les ai vus dans un club à Brooklyn, j'adorais le groupe... j'y suis allé et je les ai rencontrés, j'ai eu leurs autographes. Avec mon groupe de reprises de l'époque, on jouait une de leurs chansons, "Gunfighter". Et plus tard, j'ai pu rejoindre le groupe que j'aimais tant. Frank a aussi fait ça, il jouait "Swords And Tequila" avec son groupe avant de jouer avec Riot...

Frank : Exactement, quand j'étais jeune, je jouais "Swords And Tequila" avec des gars avec qui j'ai grandi et qui, plus tard, allaient devenir les membres de Dream Theater. J'ai vu Riot pour la première fois en concert à New York, au Madison Square Garden, alors qu'ils ouvraient pour Rush. J'étais un grand fan de Rush et franchement, je plaignais un peu n'importe quel groupe qui devait passer avant eux... mais quand Riot est arrivé sur scène, le groupe nous a botté le cul, c'était génial. 

Metal Blade est sur le point de sortir une édition deluxe de "Thundersteel" qui célébrera les trente ans de l'album. Avez-participé d'une façon ou d'une autre à l'élaboration de cette édition ?

Don : Un des dirigeants de Metal Blade nous a contactés pour nous dire que le label voulait ressortir l'album. Metal Blade voulait même signer le groupe, juste avant que Nuclear Blast nous le propose. "Thundersteel" est quelque chose de très important pour moi, j'ai écrit plus de la moitié de cet album mais, malheureusement, les droits appartiennent à notre ancien management, au label Sony, etc... le deal s'est donc fait sans nous. Mais on nous a quand même demandé si on voulait proposer des bonus pour la réédition. Il va donc y avoir des prises différentes, quelques morceaux avec des fins différentes, un DVD avec des shows de la tournée Thundersteel... On a participé à ça.

"Armor Of Light" est un très bon disque, avec beaucoup de chansons énergiques et de mélodies accrocheuses ; mais, d'un autre côté, il semble un peu moins varié que "Unleash The Fire" (qui incluait quelques pistes plus typées hard rock et quelques ballades). Avez-vous délibérément créé un album plus homogène, comme pour tourner la page de l'ère du groupe qui a précédé "Thundersteel" ?

Don : "Unleash The Fire" était varié, tu as raison. C'était un bel hommage... J'ai écrit une ballade pour Mark, Mike en a écrit une aussi... on avait quelques morceaux qui sonnaient plus hard rock que power metal, c'est vrai... c'était le dernier album avec SPV et il incluait un peu toutes les facettes de Riot. Quand on a signé chez Nuclear Blast, on s'est dit qu'on voulait aller de l'avant. On a pensé qu'il fallait que nous définissions notre propre voie. Il fallait s'affirmer et montrer un Riot V plus actuel. On a travaillé avec un jeune producteur qui fait dans le metal moderne et la production est plus sèche et "dans ta face"... Cet album dit "nous voilà, c'est la musique que l'on veut faire et on va de l'avant". "Armor Of Light" est très cohérent et homogène, le prochain sera peut-être un peu plus varié mais avec celui-là, on tenait à faire une mise au point.

Le but de Riot V est-il de rendre hommage aux différentes incarnations de Riot avant lui et perpétuer l'héritage de Mark Reale ou envisagez-vous d'amener le groupe ailleurs, peut-être sur des territoires qu'il n'a pas encore explorés à ce jour ?

Don : Notre projet est d'aller de l'avant. On ne perdra jamais de vue d'où vient le groupe mais je pense que Riot V a besoin d'être lui-même, tu vois ce que je vois dire ? Nous voulons évoluer, sans oublier l'histoire du groupe, on joue d'ailleurs beaucoup de classiques que nous adorons et que les gens veulent entendre, mais on ne va pas se contenter de faire dans la nostalgie...

Mike : Tu sais, quand nous écrivons des chansons, ce qui ressort c'est ce que nous sommes. Ce n'est pas un truc à la "j'ai envie de faire quelque chose qui sonne comme ci ou comme ça"... cela fait vingt-neuf ans que j'ai rejoint Riot, ce groupe est en moi, dans mon sang... Musicalement, ce qui ressort se fait naturellement, mais quand tu ajoutes Nick, Frank ou Todd, le son du groupe évolue et devient quelque chose d'autre.

Que prévoyez-vous juste après cette tournée européenne avec Primal Fear ?

Mike : On a commencé à écrire pour le prochain disque, on va donc continuer de faire ça puis on a quelques concerts vers la fin janvier. On reprendra l'écriture ensuite et on enregistrera entre les tournées prévues en 2019.

Don : Oui, parce qu'il faut qu'on puisse livrer l'album en 2019 car le label souhaiterait le sortir tout début 2020.

Avez-vous des projets à côté de Riot V ?

Don : On a des petites choses à droite, à gauche mais Riot a repris sa route et est devenu notre priorité pour le moment, ça ne nous laisse pas beaucoup de temps pour le reste. Nick a un petit groupe avec lequel il joue, Mike et moi-même jouons dans des groupes de reprises mais Riot est vraiment ce à quoi nous nous consacrons maintenant.

Mike : Ouais, je joue dans un groupe de reprises pour me faire un peu d'argent mais si on doit parler d'écriture, d'enregistrement, Riot est le seul projet dans lequel je m'investis pleinement.

Qu'est-ce qu'on peut trouver sur votre playlist ces jours-ci ?

Don : J'écoute beaucoup de styles différents. Dans ma voiture, je peux écouter du vieux R'N'B par exemple... Mais en gros, mes groupes préférés sont toujours Led Zeppelin, Deep Purple, Black Sabbath, Thin Lizzy ou Judas Priest. J'écoute ces groupes tout le temps. Il y a aussi quelques trucs plus récents qui me plaisent... Comme Primal Fear, par exemple. Je ne connaissais pas bien leur musique avant cette tournée mais maintenant, j'ai envie d'aller me procurer leurs albums, ils sont excellents. J'aime bien aussi des groupes comme Hammerfall...

Frank : J'ai des goûts assez étranges. J'aime bien écouter de la musique qui a deux cents ans d'âge ou de la musique médiévale, des choses sans guitare ou batterie... J'adore la musique classique, Mozart, Beethoven... Je joue du piano chez moi et donne même quelques cours à des jeunes débutants. Le heavy metal coule dans mes veines, je n'ai pas besoin de m'en inspirer, c'est ce que je suis... Donc, quand j'ai envie d'aller écouter de la musique, j'aime bien me diriger vers autre chose.

Mike : J'adore les Beach Boys, les Beatles... J'adore les harmonies développées par ces groupes. J'écoute du Doo-wop, j'aime bien le jeu de guitare de John Mayer aussi, tout ce qui a une âme et qui est harmonieux, en fait. Et bien sûr, j'écoute toujours les classiques : Van Halen, Michael Schenker, Gary Moore, Jeff Beck, Queen, Brian May, Ritchie Blackmore... Pas trop de nouveautés... J'écoute aussi beaucoup de musique classique : Bach, Mozart, Paganini... Voilà ce que tu peux trouver dans ma playlist.

Nick : J'écoute aussi pas mal les Beach Boys, en fait. En ce moment, j'aime aussi beaucoup Emma Ruth Rundle qui propose une sorte de Folk psychédélique. Récemment, un ami m'a aussi initié à des groupes australiens comme Rose Tattoo, donc j'écoute ça aussi en ce moment...

Je vous laisse le mot de la fin :

Don : Je voudrais vraiment remercier les personnes qui nous soutiennent, comme vous, les médias, ceux qui croient en ce groupe... Riot a cet historique vieux de quarante ans et nous avons la possibilité de continuer à avancer parce que les gens continuent de nous écouter... C'est grâce à cela que nous sommes ici. Si les gens n'en avaient rien à faire de nous, nous ne serions pas là... Alors, vraiment, merci à tous ceux qui s'intéressent à nous et nous permettent de faire ce que nous aimons.

Venez donc discuter de cette interview sur notre forum !