P A S C A L V I G N E

Date d'interview

20 Février 2007

Interviewer

Yann G

Site Officiel

http://www.triplefx.org/

I N T E R V I E W (PASCAL VIGNE)

Bonjour Pascal. Merci de bien vouloir nous accorder cette interview pour le webzine metal http://www.auxportesdumetal.com/.

Peux-tu tout d'abord te présenter à nos lecteurs : qui tu es, ton parcours musical etc ... ?

Et bien je suis musicien, guitariste. Je fais de la guitare depuis l'âge de 15 ans. Enfin c'est à cet âge que j'ai eu un déclic pour l'instrument. La guitare m'avait toujours fasciné mais j'avais pris quelques cours avant et je trouvais ça trop dur... Et puis il est difficile de dire ce qui s'est passé mais j'ai d'abord découvert Dire Straits grâce à mon père quand j'étais gosse et son jeu de guitare me faisait un drôle d'effet ! Mais il y a eu en fait deux éléments déterminants pour moi :
le 1er c'est que ma mère a eu l'idée de me mettre une guitare entre les mains et un ordinateur pour canaliser mon énergie car j'étais plutôt fougueux plus jeune (je sais c'est difficile à croire aujourd'hui !).
Le 2e élément c'est la musique qu'écoutait ma soeur à l'époque, ça doit remonter à 1992-1993, quelque chose comme ça.
De tout ce qu'elle écoutait, le choc a été la découverte de Guns n'Roses et de Slash... Elle écoutait surtout 2 morceaux qui ont fait que les choses n'ont plus été pareilles par la suite ! C'était "It's so easy" et "Nightrain". Je ne m'en suis jamais remis ! J'ai commencé à prendre des cours avec un super mec qui s'appelle Hervé Raynal, c'était à l'époque exactement ce dont j'avais besoin, je pétais les plombs à l'école (que j'ai d'ailleurs arrêté un an) et tu sais il ne se passait pas grand-chose dans la petite ville où j'habitais. Parallèlement, j'écoutais beaucoup la radio, qui à l'époque passait de la super musique, Satriani inclus ! Et oui les choses ont bien changé n'est-ce pas... La 1ère année, je n'ai fait que de la guitare, mes parents m'ont abonné à un magazine de gratte et j'ai découvert mes 1ers héros : Van Halen, Hendrix, Metallica, Malmsteen et surtout... 2 albums qui ont été une révélation pour moi : Passion & Warfare de Steve Vaï et The Extremist de Joe Satriani qui restent pour moi ce qui s'est fait de plus beau. Ces deux albums ont déterminé toute la suite. Ensuite je suis revenu dans le cursus scolaire, j'ai fait des études à la Fac et j'ai à nouveau fondu un câble ! (Rires) J'ai décidé de devenir musicien professionnel mais je ne savais absolument pas comment, je cherchais des musiciens à l'époque et j'ai décidé de faire la meilleure école de musique de France, le MAI. Ca a été je dois bien le dire, un tournant. J'y ai rencontré plein de gens, ça m'a apporté quelques certitudes et surtout un cadre pour évoluer dans ce métier. 2 ans après, je devenais prof là-bas.

Tu viens de sortir chez Acropole Records le premier album "Extremely Instrumental" de ton projet "Triple FX". Peux-tu nous en dire plus sur le line-up qui a participé à cet enregistrement ?

Et bien on y trouve un super bassiste qui s'appelle Arnaud Court et mon ami, un musicien hors normes Gaël Feret.

Dans quel studio avez-vous mis tout ça en boite ?

Et bien on a d'abord tout enregistré au studio Melody de Dreux et puis je n'ai gardé que les batteries... J'ai tout refait ensuite dans mon studio. Mix inclus.

Pourquoi avoir tant tardé avant de sortir cet album ?

D'une part j'ai été très occupé depuis qu'il est sorti en autoproduction, j'ai été très sollicité et puis pas facile d'avoir tout le budget et les contacts nécessaires pour assurer une bonne promotion. Tout ça était très nouveau pour moi.

Es-tu le seul compositeur sur ce projet ?

Oui.

Aujourd'hui le line-up de "Triple FX" a changé et c'est Pascal Mulot à la basse qui vous a rejoint. Comment vous êtes-vous connus ?

Par l'intermédiaire d'un ami commun qui s'appelle Patrick Rondat. Pascal cherchait un guitariste pour son nouvel album et comme on joue la même musique... Cette rencontre a été pour moi quelque chose d'extraordinaire. Pascal est un bassiste monstrueux, le meilleur avec qui il m'est été donné de jouer, un mec super, drôle, intelligent, sensible, généreux. Ca compte vachement cet ensemble quand tu joues dans un groupe avec quelqu'un. Il m'a tout donné, accueilli à bras ouverts. Je n'oublierai jamais ça. Peu de gens auraient fait ça, tu sais. Il a une foi incroyable en ce qu'il fait, on a ce truc en commun.

Gaël Féret est avant tout un batteur de métal extrême. C'est surprenant qu'il participe à un projet de hard instrumental non ?

Ben en fait pour ceux qui ne connaissent pas bien Gaël, on croit que c'est un batteur de Metal, point barre. Faut dire aussi qu'avec sa barbe, ses T-Shirts, et ses piercings partout... (Rires). Sérieusement, c'est certainement un des musiciens les plus ouverts et les plus polyvalents que je connaisse. Il a une culture musicale qui fait que quand tu discutes avec lui tu te sens un peu con ! Il connaît tellement de trucs... C'est dingue. En Rock, Funk, Blues, Metal, Electro, Jazz... C'est démentiel. C'est un vrai collectionneur de CD, il en a plusieurs milliers plus des vinyles. Ce mec est né pour faire de la musique et de la batterie. Moi comme je te l'ai dit j'ai eu un déclic mais lui il est tombé dans la marmite étant petit!

Comment vous êtes-vous connus ?

Au MAI. J'osais pas l'approcher au début, il a une tête de méchant et puis il était déjà connu, je m'étais dit qu'il n'en aurait peut-être rien à foutre de jouer des morceaux instrumentaux... Mais de tous les batteurs que j'ai vus là-bas, il n'y avait que lui qui avait le niveau de jouer ce que j'avais en tête...

Peux-tu déjà nous parler du nouvel album de "Triple FX" ?

Oui, ce ne sera certainement pas qu'un album mais je n'en dis pas plus. Ce que je peux te dire, contrairement au 1er, c'est que j'ai maîtrisé tous les paramètres de A à Z et qu'on a atteint un niveau, une cohésion, un son de groupe dont je suis vraiment fier.

Où en est-il dans sa phase de composition et d'enregistrement ?

Tous les morceaux sont composés, toutes les batteries sont faites, 50% des basses et guitares.

De quoi différera-t-il du premier volet ?

C'est dans la continuité ! Mais on affirme beaucoup plus notre identité, des compositions jusqu'au son. Mais il va être globalement très varié ; on aime tellement de musiques différentes... Et puis l'instrumental pour ça c'est super. C'est le registre le plus libre. Ca sera très différent en étant dans la lignée.

Quand penses-tu qu'il sortira ?

2008.

Comment vous organisez-vous entre vous 3 pour composer ?

Il n'y a que moi qui compose pour l'instant. Pascal contribuera davantage à celui d'après.

Y a-t-il un espoir de vous voir en tournée ? Ou au moins à l'occasion de concerts ponctuels ?

On y travaille, ce n'est pas facile, l'instrumental est encore moins populaire que le Metal qui ne l'est déjà pas beaucoup... On essaie d'être très agressifs, on joue autant que possible dans les salons et nous faisons ponctuellement des concerts et master-classes.

Chacun au sein de Triple FX a ses propres projets perso. Comment parvenez-vous à gérer cela pour vous retrouver ?

Mon projet personnel, c'est Triple FX. C'est le seul. Pascal gère ses sessions, sa carrière solo, ses groupes très bien. Ca ne pose pas de problème et Gaël de la même façon. Gaël habite à Nancy comme moi, donc on se voit souvent. Pascal vient régulièrement au MAI et je vais à Paris aussi souvent, donc on arrive à se capter.

Parlons un peu de "Extremely Instrumental". J'ai trouvé que tu étais très influencé par Satriani, à la fois par son album rouge pour les côtés bluesy, par "The Extremist" pour les solos métal et également par les derniers albums en ce qui concerne les ballades. Reconnais-tu cette influence ?

Ah oui complètement et je l'assume ! Cela dit, tu verras dans le prochain album qu'elle est beaucoup plus digérée... Joe Satriani représente pour moi humainement et musicalement beaucoup. Tous ceux qui me connaissent le savent. C'est ma religion sa musique. Quand je perds l'envie, quand je n'y crois plus, je regarde The Satch Tapes, ou bien un de ses DVD ; j'ai aussi un master class pirate en vidéo qu'il a fait en Russie. J'ai énormément appris aussi en l'écoutant parler. Mais j'ai cru à un moment devoir m'en cacher... Je crois que je l'assume complètement depuis un moment. Je suis dans une culture de la continuité. Je ne renie rien. Et d'ailleurs le Rock c'est ça. Par contre, je travaille énormément pour affiner et développer mon identité, je ne cherche absolument pas à jouer comme lui ou un autre... Ca ne m'intéresse pas.

Selon toi, quelles autres influences cet album reflète ?

Oh beaucoup ! C'est un 1er album, c'est normal. Et puis les gens cherchent à rattacher ça à quelque chose qu'ils connaissent, c'est naturel.

Par quels moyens envisages-tu de faire la promo de "Extremely Instrumental" ?

La presse, avec des vidéos. J'en fais beaucoup, c'est un très bon moyen, et puis les endorsements, les partenariats avec les marques, les master classes, les salons, les concerts...

Tout comme Christophe Godin, tu sembles ne pas te prendre au sérieux en insérant des parties de déconnade au sein de ta musique instrumentale très technique. Je me trompe ?

Non et ça ne va pas en s'arrangeant ! Il y en a beaucoup plus encore sur le prochain ! C'est ça que j'aime avec l'instrumental, cette liberté de registre, j'essaie de passer par toutes les nuances de mon instrument. De toute façon, il ne faut pas s'y tromper, je suis un instrumentiste avant tout.

Justement, vous avez joué sur 1 morceau de la compilation "The Alchemists II" avec Christophe, un excellent morceau à la fois technique et déconne dénommé "One Legged Chicken". Comment vous est venu l'idée de vous proposer pour cette compilation ?

Ben c'est le boss du label anglais Liquid Note Records qui m'a demandé de participer à ce projet. La seule contrainte était de jouer avec un autre guitariste. J'ai pris le parti de faire un morceau avec de l'humour car la musique de guitaristes instrumentaux est assez lassante à la longue et je voulais faire quelque chose de différent. Ensuite, je connais un peu Christophe et c'est quelqu'un qui joue la mort et qui collait parfaitement à ce titre. Les guitaristes sont censés être les nouveaux talents de la guitare sur ce disque, et on y trouve des supers morceaux.

Envisages-tu de le mettre en bonus track dans l'avenir sur un de tes albums ?

Il sera sur le prochain dans une version encore plus musclée ! (Rires)

Comment s'est déroulée ta collaboration avec Christophe ? Etait-ce un enchainement d'impros ou aviez vous travaillé tous les solos ?

On a travaillé à distance. Je lui ai envoyé le morceau quasi finalisé et il a ajouté ses parties à des endroits bien déterminés, mais il avait carte blanche. Il m'a renvoyé le tout sur un CD bourré de petits dessins et de blagues! C'était vraiment l'éclate ce truc.

Que penses-tu de la scène musicale française aujourd'hui ? Quels groupes ou artistes français t'impressionnent ?

Tu sais, il y a énormément de musiciens français de talent, le seul problème c'est qu'on ne les entend pas dans la musique dite de masse. Ils ne sont pas représentés. Je pourrais te citer ceux que j'aime mais ce ne sont pas que des djeuns ! : Patrick Rondat, Christophe Godin, Gojira, Didier Lockwood, j'aime bien De Palmas aussi, Olivia Ruiz, Bireli. Par contre je ne supporte pas la chansonnette typiquement française et tous les pseudo artistes intello-décoiffés qui ne savent ni jouer ni chanter et qui passent dans Télérama.

Vous officez dans le style instrumental qui est un peu délaissé depuis une dizaine d'années. Es-tu nostalgique de la période Mike Varney et des guitar-heroes ?

Pas du tout ! Je n'ai jamais écouté de guitar-heroes. Et je ne suis pas un fan de Mike Varney. J'aime l'instrumental et la guitare quand elle tient un propos universel, qui peut toucher les gens. Je peux écouter Satriani, avec un pote avec mon père ou ma mère, au plumard avec ma nana. Pas une musique de démonstration inécoutable. D'ailleurs, les termes "shredder", "guitar-hero" ou je sais pas quoi sont des insultes pour moi. Rien de pire que ces guitaristes branchés dans des Pods qui sweepent (et je n'ai rien contre le sweeping !) en mineur harmonique sans arrêt sur un playback de boite à rythmes et qui ne savent pas tenir un bend juste au jouer un accord #11. C'est à cause d'eux que l'instrumental est décrédibilisé. D'ailleurs, je préfère limite dire que je fais du "neo-instrumental" du coup !

Comment juges-tu le fait que les rayons métal des grands disquaires se vident de plus en plus ?

Cette situation est vraiment grave mais je pense que nous sommes dans une période de transition... C'est l'industrie du disque dans son ensemble qui va mal. Ce qu'il faut bien se dire, c'est que ce sont les artistes les premiers touchés... Mais comment pourrait-il en être autrement ? Aucun media important ne parle de cette musique ! Qu'ils aillent se former en Suède, aux Etats-Unis, en Allemagne ! Et puis il y a tous ces préjugés sur le Metal... De toute façon on a jamais été un pays très branché Rock n'Roll. Le pire c'est qu'il y a plein de gens de talent ! On parle de fuite des cerveaux et ce n'est que la partie visible ! On est très mal représentés à un haut niveau.

Quand on fait du métal, encore plus dans l'instrumental, penses-tu que l'on peut vivre de sa musique ?

Je pense que le secret pour vivre de sa musique et de faire quelque chose de sincère, d'authentique pas forcément calculé. De multiplier ses activités aussi, mais tu sais il est clair que si j'avais fait une étude de marché avant, je ne l'aurais pas fait ! (Rires). Je pense cependant qu'il ne faut JAMAIS se poser la question de la réaction du public et du succès. Il faut être vrai et les gens en disposeront.

Qu'est ce que tu écoutes en ce moment ?

Django, Queen, (j'adore Freddie Mercury), Jack Johnson, Muse, Jeff Beck, James Brown et j'ai surtout la tête dans mes morceaux car je suis en pleines prises de gratte!

Quels sont selon toi les 3 meilleurs albums de guitar-hero de tout temps ?

Bon ça dépend toujours de la définition de guitar-hero... 3, c'est dur ! Je vais en mettre 5 tu m'en veux pas ? Il n'y pas d'ordre bien sūr, je donne les noms qui me viennent.
1. Joe Satriani : The Extremist
2. Van Halen I
3. Patrick Rondat : Rape of the Earth
4. Steve Vaï : Passion and Warfare
5. Yngwie Malmsteen : Rising Force

Quels sont selon toi les 3 meilleurs albums de 2006 (tout style confondu) ?

Je ne me souviens même pas d'albums sortis en 2006 ! (Rires).

Pour conclure, penses-tu être la relève de Patrick Rondat ?

Ben pour être la relève, il faudrait qu'il ait arrêté ! Et je peux te dire car je le vois régulièrement qu'il n'arrête jamais ! En tout cas, je suis dans la continuité et je prends ça comme un compliment car c'est vraiment quelqu'un pour qui j'ai énormément d'admiration pour son jeu de guitare, mais aussi humainement. On en fait plus des comme ça !

Merci de nous avoir accorder cette interview et bonne chance pour la suite !

Merci à toi !