Artiste/Groupe:

Body Count

CD:

Bloodlust

Date de sortie:

Mars 2017

Label:

Century Media

Style:

Gangsta Metal

Chroniqueur:

Orion

Note:

17/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Body Count, le groupe de Gangsta Rap Metal monté par le rappeur (et acteur) Ice-T en 1990, est toujours dans la place…
Et on peut dire que le Body Count 2017 est plus remonté que jamais en nous délivrant un album bien plus metal que les précédents, rejoignant ainsi le génial Born Dead.

Dès Civil War, le ton est donné. Aussi bien dans les propos (toujours très revendicatifs), l’ambiance "émeutes de rues" avec les sirènes que la musique, avec du riff agressif à souhait, bien lourd et, en invité sur ce premier titre, un Dave Mustaine pour un solo de son cru. Et encore une fois, le lien avec Born Dead est assez évident. Tout comme avec le premier morceau de Manslaughter qui reprenait plus ou moins le riff du morceau introductif, Body M/F Count, ici ce sont les sirènes et les "voix off" (des commentaires de journalistes, cette fois-ci) qui font ce lien. Un départ tonitruant donc, mais pas d’inquiétude, le reste est à l’avenant.
The Ski Mask Way qui suit flirte avec le Hardcore musicalement. Pour l’inspiration des textes, Ice-T n’a pas eu besoin d’aller chercher très loin et parle des faits d’actualité les plus récents comme les brutalités policières à l’encontre des noirs et du racisme ambiant… il y a de quoi faire (et dire !). Et Ice-T ne s’en prive pas (intros de No Lives Matter et Bloodlust).
Puisqu'on en parle, la diatribe This Is Why We Ride sur fond d'émeutes urbaines calme un peu le jeu niveau rythme, avec ses couplets mélodiques et un beau solo de Ernie-C avant qu’on se prenne en pleine tête un All Love Is LostMax Cavalera vient ajouter encore un peu plus d’agressivité avec sa voix bien reconnaissable. Le riff est bien gras, Ice-T balance du "fuck" dans toutes les phrases, voilà un morceau qui ne passera jamais sur les radios américaines.
L’intro du morceau suivant est un extrait d’interview. Ice-T nous explique (rapidement) ce qui l'a amené à monter un groupe de Metal et parle de ses influences : Black Sabbath, Suicidal Tendencies et par-dessus tout, Slayer. Et bam ! Voilà la reprise de Raining Blood pour illustrer le propos. Ce morceau a toujours été une tuerie absolue, Body Count lui rend bien justice. Ils y ont greffé la fin de Postmortem sur laquelle j’ai du mal à reconnaître la voix de Ice-T tellement il est obligé de chanter à fond les ballons.
Slayer qui est effectivement une influence du groupe, on le sait depuis un moment mais c'est particulièrement évident sur le titre Walk With Me avec ce riff que n'aurait pas renié la paire Hanneman / King. Randy Blythe de Lamb Of God vient ajouter sa voix sur ce morceau. Oubliez vos préjugés et écoutez donc ce titre pour vous rendre compte que le Rap Metal peut être d’une violence redoutable.
Sans rentrer dans le détail de chaque morceau restant, il n’y a aucun titre faiblard dans cet album, pas plus qu’un morceau trop typé rap comme sur le précédent (99 Problems BC que j’avais très moyennement apprécié). Ce qui n’empêche pas quelques titres plus ambiancés comme le court God, Please Believe Me ou l’inquiétant Here I Go Again. Bref, les petits défauts de l’album précédent, déjà bien bon dans son ensemble, ont été gommés pour laisser la place à onze compositions totalement convaincantes.

Ice-T et sa bande viennent de sortir une bombe incendiaire. Bloodlust va vous scotcher grâce à sa symbiose parfaite de la puissance de la musique metal et la radicalité du rap américain. C’est l’album que j’attendais depuis Born Dead.
Désolé, mais je me vois obligé d'attribuer un second coup de cœur dans la même semaine…


Tracklist de Bloodlust :

01. Civil War
02. The Ski Mask Way
03. This Is Why We Ride
04. All Love Is Lost
05. Raining In Blood / Postmortem
06. God, Please Believe Me
07. Walk With Me…
08. Here I Go Again
09. No Lives Matter
10. Bloodlust
11. Black Hoodie