Artiste/Groupe:

Concrete Jelly

CD:

Getting Noticed

Date de sortie:

Février 2017

Label:

Sliptrick Records

Style:

Rock Progressif

Chroniqueur:

dominique

Note:

13/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Tiens encore des Italiens. Et c’est pas évident de le savoir à l’écoute. Avec leur son lourd très rock seventies et un groove très old school et un brin de NWOBHM, on localiserait Getting Noticed plus facilement du côté de Manchester, Sydney ou Denver que du côté de Trieste. Quoi qu’il en soit, le quatuor sort avec Getting Noticed un second album assez réussi qui se laisse facilement écouter. Un album qui pourrait bien plaire à mon ami et co-chroniqueur Didier.

Si l’ouverture ethno de Elicse Atarme peut faire penser à l’approche d’un groupe comme Uhrijuhla, la comparaison va s’arrêter immédiatement là, dès la deuxième minute d’écoute. La suite est plus proche d’un hard rock australien un peu typé AC/DC ou d’un rock très groovy des plaines américaines. Ce n'est pas mal et cela s’écoute assez bien. Apeshit! est pas mal non plus. Entre rock et stoner, le groove du titre met bien en valeur la guitare de Sebastiàn Gerlini.

Le rythme s’accélère avec Lure et la voix de Matteo Monai apporte un brin de diversité même si (à vrai dire), j’aurais plutôt tendance à préférer celle de Francesco Braida qui agit sur les deux premiers titres ainsi que sur le suivant Mr. Monroe. Elle colle bien avec le faux rythme répétitif de ce dernier titre. Amless’ Outburst reste dans la même veine, ce qui fait apparaître la faille d’un certain manque de diversité. La seconde partie de Elicse Atarme referme ce premier chapitre de manière élégante en reprenant les bases exprimées lors de la première partie du titre. On est en plein dans les années 70. Who Cares est bien plus sombre. Son rythme entre ballade et stoner, les guitares distordues et les voix ajoutent à cette ambiance étrange. Au tiers, le rythme s’accélère et nous envoie en plein rock psychédélique. Le tout est un peu long à mon goût. C’est d’ailleurs le sentiment qui prédomine jusqu’à la fin de l’album. Même si les ruptures rythmiques de Shelter sont appréciables, elles n'empêchent pas un petit effet de lassitude. Un bon vieux rock (The Witch) clôt cet album assez réussi, mais qui n'approche pas pour autant, loin s'en faut, la perfection. Pas très surprenant au final qu’on retrouve Concrete Jelly en première partie des Blue Pills sur quelques concerts transalpins du nord. Un album a écouter.

Tracklist de Getting Noticed :

01. Elicse Atarme pt.1
02. Apeshit!
03. Lure
04. Mr. Monroe
05. Amless’ Outburst
06. Elicse Atarme pt.2
07. Who Cares
08. Shelter
09. The Witch