Damnation Angels

Artiste/Groupe

Damnation Angels

CD

Bringer Of Light

Date de sortie

Février 2013

Label

Massacre Records

Style

Power Metal Symphonique

Chroniqueur

Blaster of Muppets

Note Blaster of Muppets

13/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

C H R O N I Q U E

Etes-vous amateur de power metal symphonique ? Votre coeur s'emballe-t-il à l'annonce d'un nouvel album de Kamelot, Rhapsody of Fire ou Dark Moor ? Attendez-vous des Anglais qu'ils apportent leur touche à ce style musical et entrent en concurrence avec le reste de l'Europe ? Si vous avez répondu "oui" à ces trois questions, il y a en ce mois de février une sortie qui, à priori, devrait vous intéresser : le premier album des Britanniques Damnation Angels, j'ai nommé Bringer Of Light. Comme pour nous dire qu'il n'y a pas que les Suédois (et autres nordiques) ou les Italiens qui savent faire du sympho, les Damnation Angels nous viennent de l'autre côté de la Manche. Enfin... le chanteur s'appelle quand même Per Fredrik Asly. C'est moyennement british, ça. Plus connu sous le nom de Pellek, le jeune homme a posté de nombreuses vidéos sur YouTube (dans lesquelles il reprend du Stratovarius, du Kamelot, etc...) et s'est fait remarqué lors de son passage télévisé dans la version norvégienne de l'émission X Factor. Voilà pour la petite anecdote. Passons à l'essentiel : que vaut Bringer Of Light ?

Et bien, l'ensemble est plutôt pas mal. Il y a de bonnes choses mais également quelques bémols. Un petit descriptif ? Comme tout album du genre qui se respecte, l'aventure démarre avec une intro au titre latin (ce coup-ci, elle s'appelle Ad Finem). Mise en bouche pas très originale donc (puisque tout le monde fait ça) mais qui a le mérite d'être bien exécutée. Et puis arrive la vraie première chanson : The Longest Day Of My Life. Et là, je suis partagé. Le souffle épique est manifeste, les orchestrations sont très sympas, Pellek chante plutôt bien (même s'il a tendance à monter un peu trop haut sur le refrain pour un résultat moyennement convaincant)... mais tout cela est trop convenu et surtout bien trop long. Le thème principal (joué par des cordes) revient sans cesse, le morceau évolue assez peu et propose une alternance classique "couplet assez calme avec piano / refrain plus enlevé soutenu par la double grosse caisse de rigueur" ainsi qu'un break plus heavy en milieu de parcours mais, lui aussi, un peu longuet. Il y avait de quoi faire une bonne chanson de six ou sept minutes mais The Longest Day Of My Life (titre qui, du coup, prend tout son sens) pêche par sa durée mais également par excès de classicisme. Attention, la compo n'est pas désagréable mais elle ne constitue pas une entrée en matière des plus scotchantes. On émettra moins de réserves en ce qui concerne l'autre chanson de dix minutes intitulée Pride (The Warrior's Way) aux orchestrations toujours très réussies mais avec, cette fois-ci, un refrain plus convaincant et une touche asiatique qui sort un peu des sentiers battus. Cette compo, qui conclut l'album, est d'un très bon niveau et invite l'auditeur à se repencher sur son cas encore et encore... Et que trouve-t-on entre ces deux pavés ? Quelques morceaux assez réussis comme Reborn, mid-tempo assez sombre à mi chemin entre Kamelot et Evergrey, I Hope qui apporte un peu de vélocité à l'ensemble, la chanson titre et son feeling très Nightwishien, et même une petite surprise sous la forme de la reprise (fidèle mais réussie) de Leaf Clover, oui, la fameuse chanson de Metallica présente sur S&M. Le milieu de l'album, très calme, avec Acerbus Inceptum (sorte d'interlude orchestre/voix) et la ballade Someone Else ne m'a guère passionné et fait, à mon sens, retomber un peu l'intérêt. 
L'ensemble est bien mixé et produit même si je regrette un peu que les guitares ne prennent pas davantage l'ascendant sur les orchestrations. Cela dit, c'est le genre qui veut cela, et c'est juste mon côté "fan de guitare" qui parle, rien d'alarmant donc...

Bringer Of Light est un bon premier album qui compte un certain nombre de qualités mais qui reste un premier album tout de même dans le sens où l'on sent un potentiel pas tout à fait arrivé à maturité. Pellek a une belle voix mais encore un peu "verte" par moment. Quant au reste du groupe, il fournit un travail honorable mais devra se montrer plus performant en terme de créativité afin d'imposer durablement son empreinte sur le monde du power metal symphonique. L'ensemble reste soigné, et comme quelques titres sortent vraiment du lot (Pride, notamment), on entrevoit de beaux lendemains pour Damnation Angels. Fans de ce style, jetez-y une oreille, vous devriez trouver de quoi étancher votre soif !

 

Tracklist de Bringer Of Light :

01. Ad Finem
02. The Longest Day Of My Life
03. Reborn
04. I Hope
05. Acerbus Inceptum
06. Someone Else
07. Bringer Of Light
08. Shadow Symphony
09. No Leaf Clover
10. Pride (The Warrior's Way)

Venez donc discuter de cette chronique, sur notre forum !