Artiste/Groupe:

Dødsengel

CD:

Interequinox

Date de sortie:

Mai 2017

Label:

Debemur Morti Productions

Style:

Black Metal

Chroniqueur:

Mythos

Note:

15/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Après quelques bons splits en compagnie des Américains de Nightbringer en 2013, puis des Chiliens d’Hetroertzen en 2014, L’Ange de la Mort nous avait laissés bien seuls face à ces petits albums. De faibles compensations, en effet, en comparaison des excellents opus que sont Mirium Occultum et Imperator, pondus par Dødsengel respectivement en 2010 et 2012. Les Norvégiens seront-ils capables de nous proposer une suite digne de ces deux pépites pleines de puissance et de complexité ? C’est en tout cas le pari que s’offre la formation avec ce nouvel album titré Interequinox.

Entre temps, Dødsengel a quitté le label norvégien Terratur Possessions (Dark Sonority, Misþyrming, Whoredom Rife etc.) pour se retrouver chez les Français de Debemur Morti (Behexen, BAN, Vassafor, Throane etc.). D’emblée, le choc est brutal. On passe d’un double album de deux heures (Imperator) à une petite heure d’écoute avec Interequinox. La pochette est par contre beaucoup plus réussie, et on sait à quel point Debemur Morti fait attention à ce genre de « détails ». Le contenu en sera-t-il néanmoins influencé ?

Techniquement, pas vraiment, la production n’a pas l’air d’avoir été affectée sur ce nouvel opus. Par contre, on est obligé de reconnaître que le style du groupe est beaucoup plus fin, plus progressif aussi dans ses influences, moins radical dans son chant et moins dissonant dans son riffing habituel. J’aurais tendance à dire que Dødsengel s’est un peu adouci avec le temps. Ce qui ne veut pas dire que le groupe ait renié ses principes d’antan, juste qu’il les a stylisés et traduits autrement musicalement parlant. Il suffit d’écouter la première piste pour se convaincre du changement : le chant de Kark vire maintenant presque tout le temps dans les aigus alors que la mélodie construit le rituel derrière le travail de la voix.
Pangenetor dévoile le côté sophistiqué de Dødsengel et démontre aussi à quel point le groupe peut évoluer vers des contrées plus progressives, mais toujours dans le respect du mysticisme amorcé depuis Visionary en 2009. La piste qui suit rappelle pourtant aux auditeurs, perdus dans la nouvelle approche, que les Norvégiens ont toujours cette hargne occulte et viscérale qui les animaient auparavant et qu’ils ont les capacités d’allier ces deux visions de leur style.

Inutile de vous spoiler la suite de l'album par une analyse "piste par piste". Interequinox relève le défi de la succession avec les honneurs. Avec la jonction des deux approches, il ravira tout autant les fans d’Imperator que les potentiels nouveaux auditeurs venus tester les limites du Black Metal mystique.

« Once again, the wine and honey will flow ».


Tracklist de Interequinox :

01. Pangenetor
02. Prince Of Ashes
03. Værens Korsvei
04. Emerald Earth
05. Opaque
06. Illusions
07. Palindrome
08. Ved Alltings Ende
09. Rubedo
10. Gloria In Excelsis Deo
11. Panphage