Artiste/Groupe:

Funeral Parade

CD:

F.P.

Date de sortie:

Mars 2016

Label:

Indépendant

Style:

Metal burlesque

Chroniqueur:

JeanMichHell

Note:

12/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste


« Il n'y avait jamais de beau temps 
Dans ce pauvre paysage, 
Il n'y avait jamais de printemps, 
Ni derrière, ni derrière. 
Il n'y avait jamais de printemps, 
Ni derrière, ni devant. »


Alors, je vois déjà les haters réagir : « Oui, c’est quoi ce truc encore ! »,  « Pourquoi commencer une chronique de metal avec du Georges Brassens ? », « Jean Mich’, dehors ! »… 

Alors tout d’abord les amis, vous apprendrez que M. Brassens était certainement un des premiers punks à pipe, et que s'il avait goûté à une guitare électrique, je vous mets une phalange à couper qu’il aurait été plus proche des Sex Pistols que de Guy Béart. Bref, tout ça pour vous dire que j’ai eu le plaisir de faire connaissance avec Funeral Parade qui nous propose son premier album sobrement intitulé F.P. 

Donc, que celui qui ne fait pas le lien entre Le Petit Cheval Blanc et une parade funéraire me jette la première pierre… Aïe !


Donc, ce premier effort de ce jeune groupe sudiste, qui se partage entre Montpellier et Perpignan, ne fait pas que se promener sous le soleil, mais navigue également dans un univers bien à lui. Les quatre membres que sont Lenny au chant, Djibii à la batterie, Mr. J à la guitare ainsi qu'Oliv à la basse, nous font évoluer dans un monde digne de Tim Burton visuellement et assez proche de 6:33 musicalement.

L’album commence par Prequel, titre qui sert d’introduction à Funeral Parade, véritable morceau d’ouverture. Le ton est donné, le chant est en français, c’est déjà remarquable quand on connaît la domination anglophone dans ce domaine. D’autant que la voix accompagne bien la guitare et les chœurs rajoutent en puissance, l’équilibre est sympa. Musicalement, et bien c’est entre la foire du trône et le concert de rock, je m’attends à tout instant à ce qu’un orgue de barbarie sorte du mosh-pit. C’est enlevé, rythmé et on se laisse vite emporter par une parade qui donne envie.

L'album est dans son ensemble assez homogène, l'univers maîtrisé et les thèmes, comme par exemple celui de Taxidermiste, collent à cet ensemble tantôt glauque, tantôt tendre, voire froidement malicieux. Je pense à mon ami Jack, mania du couteau, qui serait en train de me faire visiter les vieilles rues de Londres en plein dix-neuvième siècle.

Et cet album a la qualité de ses défauts ou inversement, puisqu'au bout d'un moment, je me lasse un peu. Les qualités de composition sont toujours présentes mais elles se mordent la queue tout au long de ces douzes titres... Alors soit je n'adhére pas totalement au concept développé par le groupe, soit l'album est peut-être un peu trop long pour moi.

Cette galette me laisse donc une impression mi-figue, mi-raisin. Autant je peux être pris par ce sombre manège et la galerie de personnage qui en découle, autant certains titres pèsent un peu sur l'ensemble. Bref, je pense sincèrement que si vous acceptez l'invitation de Funeral Parade, et que vous appréciez le morceau ci-joint, vous devriez vous laisser prendre par la main et entrer dans leur monde.

Trackliste de F.P. :

01. Prequel + Funeral Parade
02. Ce que je vois
03. Taxidermiste
04. L'émeute
05. Culpabilité
06. Osez !
07. Corrompue
08. 3 temps
09. Mrs Hyde
10. Mon Venin
11. Mr. J
12. Funeral Boogie