Artiste/Groupe:

Haken

DVD:

L-1VE

Date de sortie:

Juin 2018

Label:

InsideOut Music

Style:

Metal Progressif

Chroniqueur:

Didier

Note:

17.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Haken est un groupe qui n’avait jamais reçu de ma part l’attention qu’il méritait. Je ne sais l’expliquer, je les avais vus sur une Mainstage du Hellfest il y a quelques année, et avais pensé que ça n’était pas le type d’environnement idéal pour ce type de groupe. J’avais dit la même chose pour Riverside, et même Pain Of Salvation (année de la Mainstage), des groupes que pourtant j’adore. Mais bref, j’avais dans ma liste le projet de corriger cette lacune, et l’annonce par InsideOut Music de la sortie imminente d’un album live 2xCD+2xDVD du groupe m’a convaincu que le moment était propice. Eh bien quelle dérouillée j’ai pris, les amis ! Et surtout quel pied ! J’ai eu surtout de la chance que la promo (merci Valérie) inclut aussi la vidéo. Alors, une bonne connexion, un ChromeCast sur ma télé, une bonne HiFi, et me voilà trois clics plus tard scotché à mon canap' devant les presque deux heures de ce concert à Amsterdam, enregistré en avril 2017 au Melkweg. Je pensais regarder juste le début, et je suis resté là, la bouche bée, jusqu’au bout. Pire, le soir même, je me le suis repassé, déjà convaincu que j’allais aussi vous en faire une chronique. Encore pire, je l’ai encore regardé trois fois pour boucler mon article.

Pour ceux qui ne connaitraient pas le groupe britannique, sachez qu’il est constitué de potes depuis 2007. Autour du chanteur Ross Jennings, on trouve un duo de guitaristes, Richard Henshall (qui joue aussi régulièrement des claviers) et Charles Griffiths, tous les deux sont adeptes de la huit cordes sans tête et possèdent des instruments magnifiques (Stranderg et Kiesel). On trouve également l’excellent Raymond Hearne à la batterie (au jeu souvent atomique), le tout aussi excellent bassiste Conner Green (arrivé en 2014). Lui sait aussi tout faire avec sa basse six cordes, il alterne jeu aux doigts, en tapping, en slap ou au médiator. Enfin le line-up est complété par Diego Tejeida aux claviers. A noter aussi que si tous les musiciens assurent à un moment ou à un autre des chœurs, c’est surtout Raymond, Conner et Diego qui s’y collent avec beaucoup d’application et double la voix de Ross, ce qui est souvent du meilleur effet. Le groupe fête plus ou moins ses dix ans d’existence, ses quatre albums et deux EP en sortant son premier album live et par là même, son premier DVD.

Le packaging décrit est celui d’un double CD plus double DVD. Je profite d’avoir pu voir la vidéo pour vous décrire le DVD1. Les deux CD reprennent exactement le contenu audio du DVD1. Le DVD2 contient quatre extraits de leur passage au Prog Power 2016 (soit presque quarante-huit minutes quand même !) ainsi que trois clips vidéo officiels de morceaux extraits du dernier album Affinity sorti en 2016. A noter que le DVD2 ne faisait pas partie de la promo, et donc je n’en ai rien vu.

Le concert commence avec une caméra sur le chanteur et les autres musiciens prêts à monter sur scène, concentration maximum, instruments en main ; dans la salle la tension monte alors que résonne Affinity.exe, l’intro du dernier album. La salle n’est pas très grande mais fosse et balcons sont bien remplis. Les musiciens s’installent sur scène, explosion de lumière, pour les premières mesures de Initiate, toujours extrait d’Affinity. En tout, six morceaux sur les onze du concert sont extraits de cet album. Pas besoin de temps d’adaptation pour Ross qui est au top dès ses premières notes, pourtant ce premier morceau n'est pas des plus faciles niveau chant. Tous les instruments sont parfaitement mixés, on entend bien la voix de Raymond qui chante à la tierce. Ce contraste de belles voix posée sur des gros riffs est excellent, je suis déjà conquis. Côté vidéo c’est parfait, on alterne entre des vues de nombreuses caméras fixes (fond de salle, musiciens), de celles de deux caméras portés sur scène (mais quasi invisible au montage) et celles de deux autres placées devant la scène dans le public. Tout ce petit monde est bien éclairé, assez concentré à la tâche reconnaissons-le, seul Ross arpente la scène et harangue la foule. In Memoriam est enchainée directement. Les doigts de Conner courent sur le manche de sa basse, et c’est lui qui prend le relais aux chœurs.

La foule connait bien le groupe, et Ross explique, en tombant la veste, que c’est la dernière date de la tournée et qu’il faut mettre le feu. Tout le monde comprend de quoi il parle quand il demande s'ils veulent remonter le temps, et gueule "1985", un excellent morceau long et progressif extrait encore d’Affinity. L’intro fait penser à du Yes, le reste plus à du Dream Theater inspiré, c’est très bon. Pour ce morceau, Ross enfile des lunettes qui s’allument dans le noir, il en distribue aussi quelques paires, mais il y en a déjà de nombreuses qui brillent dans la salle. Diego enfile un clavier en bandoulière pour un premier duel avec Charles. Il y en aura d’autres de ce types de duels, guitare/claviers, ou claviers/basse. Pas de doute ces types sont des maitres de leurs instruments. Totale maitrise aussi côté changements de rythmes, signatures de temps surprenantes et gros contrastes musicaux.
Ils ne jouent qu’un seul extrait de leur premier album, Aquarius, mais c’est un medley de plus de vingt-deux minutes avec un petit passage en voix growl. Après ce superbe résumé de leur premier album, on revient à l’album The Mountain avec trois extraits d’affilée. Les effets de voix (Ross et Raymond se répondent) sont étonnants sur As Death Embraces, tous les détails sont extrêmement soignés, on prend autant notre pied sur le canap' qu'eux ont l’air de s’éclater sur scène. Les harmonies vocales dans Cockroach King sont tout aussi superbes, la voix de Ross sonne assez Jon Anderson. Décidément, il va falloir que je me penche sur The Mountain, considéré par certains comme leur album le plus prog. Le petit break jazz avec duo piano/basse vaut aussi son pesant de cacahuètes.
Si vous aimez les morceaux fleuves, vous allez être gâtés sur la fin de ce concert avec dans un premier temps The Architect, merveilleusement interprété. C’est encore un extrait d’Affinity. La foule reprend des passages et Conner profite d’une petit transition calme pour balancer un petit solo de basse jazzy. Ross, lui, profite de ces longs passages acoustiques pour s’éclipser. Il revient pour surprendre son monde d’un chant death (chanté sur l’album par Einar Solberg de Leprous). Ils terminent leur set par un dernier morceau de Affinity, The Endless Knot, très groovy et qui fait penser un peu à Pain Of Salvation.

Ils reviennent pour un rappel sous les applaudissement de la foule, pour interpréter un unique morceau de… vingt-trois minutes. J’adore ! C’est le seul extrait de l’album Visions, et il se nomme aussi Visions. C’est encore une belle pièce de metal prog et un album qu’il va falloir étudier de plus près. On peut y prendre une belle leçon de tapping à la basse, un gros solo de piano portatif, et un dernier petit duo piano/basse super jazzy : bref un condensé de maitrise à la hauteur de la créativité débordante du groupe.

Le timing de cet album  ainsi que le contenu proposé est quasi parfait, puisqu’il remplit clairement le double rôle de permettre aux néophytes, dont je faisais partie, de découvrir le talent et la créativité de ce groupe à la croisée des plus grands maitres du genre (Yes, Dream Theater, Pain Of Salvation, Leprous ou Opeth) et surtout aux fans de la première heure (bravo à eux) de tenir le premier live de ce groupe de très grande qualité. Trop grande peut-être même car certains fans trouvent déjà la production trop travaillée surtout au niveau du chant. 100% live ou pas, Haken clôture ainsi un premier chapitre de sa carrière en prouvant que le meilleur reste encore à venir. A posséder de toute urgence !


Tracklist de L-1VE :

CD 1

01. Affinity.exe/Initiate
02. In Memoriam
03. 1985
04. Red Giant
05. Aquamedley

CD 2

06. As Death Embraces
07. Atlas Stone
08. Cockroach King
09. The Architect
10. The Endless Knot
11. Visions

L-1VE DVD 1

01. affinity.exe/Initiate
02. In Memoriam
03. 1985
04. Red Giant
05. Aquamedley
06. As Death Embraces
07. Atlas Stone
08. Cockroach King
09. The Architect
10. The Endless Knot
11. Visions

L-1VE DVD 2 (1:01:40)

01. Falling Back To Earth
02. Earthrise
03. Pareidolia
04. Crystallised
05. Initiate
06. Earthrise
07. Lapse


Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !