Artiste/Groupe:

Lamb Of God

CD:

The Duke

Date de sortie:

Novembre 2016

Label:

Nuclear Blast

Style:

Thrash Metal

Chroniqueur:

JeanMichHell

Note:

14/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

The Duke n’a rien à voir avec John Wayne et encore moins avec la version mal traduite du Big Lebowski, il s'agit du nom du dernier des Lamb Of God. Nos petits agneaux ont fait le choix de sortir un album en hommage à Wayne Ford. Un fan du groupe avec qui le chanteur Randy Blythe s’était lié d’amitié, malheureusement décédé des suites d’une leucémie après une longue bataille de cinq ans. La démarche est remarquable mais qu’en est-il de la qualité de ce Duke ?


Tout d’abord le contenu : cinq titres, deux inédits, plus trois lives composent cet EP. The Duke est un morceau assez surprenant dans la discographie de Lamb Of God, pas tellement dans la composition musicale qui, bien que plus mid-tempo, colle à leur univers. Plus surprenant, le hurleur, bien connu pour sa puissance exceptionnelle et son timbre de voix particulier, se mue en chanteur plus intimiste avec plus de sensibilité. Le sujet de ce titre y est certainement pour quelque chose.

Et il faut reconnaitre que l’ensemble fonctionne plutôt bien, pas de niaiserie de mauvais goût mais un chant posé, sensible et proche du timbre de voix d’un Corey Taylor version Stone Sour. Un morceau qui monte en puissance pour un final tout en rage avec comme leitmotiv « I will never die ».


Le second titre est, quant à lui, plus dans la mouvance de ce que propose usuellement le groupe. Un morceau qui mixe rapidité d’exécution, groove et hargne, le groupe reste à la frontière entre le thrash et le metalcore. Avec un remarquable break de batterie qui se pose comme un petit plaisir simple, d’un feeling qui donne des frissons et qui confirme (s’il en était besoin) que Chris Adler est un batteur exceptionnel. N’est-ce pas Dave M. ?

Les trois morceaux en live témoignent, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, de la qualité du groupe sur scène. Ils sont tous issus du petit dernier VII : Sturm Und Drang, les compositions sont connus et le choix judicieux, même si les captations sont, quant à elles, d’une qualité discutable.

Pour conclure, cet EP est agréable mais n’apporte pas non plus un lot de surprises délirantes. Deux options s’offrent à vous : soit vous êtes fans ou sensibles à la cause défendue et vous pouvez investir, soit vous attendez la prochaine production du groupe.

Tracklist de The Duke :

01. The Duke
02. Culling
03. Still Echoes (live at Rock Am Ring)
04. 512 (live at Rock Am Ring)
05. Engage The Fear Machine (live at Bonnaroo)