Misery Speaks

Artiste/Groupe

Misery Speaks

Album

Disciples Of Doom

Date de sortie

Mai 2009

Style

Death Métal

Chroniqueur

Damien

Note Damien

10/20

Site Officiel

C H R O N I Q U E

Mon dieu que cet album m'énerve. Des riffs milles fois entendus, une voix insupportable de manque d'originalité, des compositions qui se calquent les unes sur les autres, un nom d'album prétentieux et pas vraiment au niveau de la première division européenne, une production qui ne fait que rendre le tout plus compacte et donc plus indigeste (et pourtant signée Dan Swanö), des mélodies tirées directement de la Suède, non mais franchement nous voici au royaume du mauvais goût. Il n'y a vraiment plus de respect pour les anciens. Si vous connaissez l'intégralité de la scène Death Mélodique made in Sweden, vous ne pourrez trouver cet album que...même pas mauvais, juste insignifiant. D'In Flames à Dark Tranquillity, seuls les clichés pop de Soilwork nous sont évités. Mais forcément les choses ne sont jamais si faciles.

On ne peut pas non plus détester Disciples Of Doom : il est joué a la perfection de ce que l'on peut attendre, il sonne juste, il a une certaine énergie que certains n'ont peut être plus, il n'hésite pas à aller lorgner du côté de forts relents Trash pour donner dans les changements de rythme. Le morceau titre est tout ce qu'il y a de plus intéressant dans la construction comme dans les idées développées, le chanteur a peut être une voix redondante mais il est impossible de s'en lasser tant elle colle parfaitement à la musique.

Et vous voilà bien perdus. Faut il aimer cet album ou est-il insupportable ? Pour celui qui connait pas mal de chose en terme de Death mélodique, ce n'est qu'un rejeton de plus. Pour celui qui n'en a jamais entendu parler, c'est un bon début pour fréquenter les pays nordiques. Et pour celui qui s'en fout, cet album ne sera qu'un bon album de métal racé et compétitif qui même si il est parfois un peu ennuyeux n'est pas désagréable à écouter de temps en temps. Faites votre choix. Moi je cherche encore.