Artiste/Groupe:

Ne Obliviscaris

CD:

Urn

Date de sortie:

Octobre 2017

Label:

Season Of Mist

Style:

Metal Progressif

Chroniqueur:

fifi59

Note:

16.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Ne Obliviscaris est un groupe australien fondé en 2003 et évoluant dans le Metal Extrême Progressif.
Urn, le nouveau cru, fait suite à Citadel, qui m'avait fait une très bonne impression.

Le line-up se compose de Xenoyr (growls), Tim Charles (chant clair, violon), Benjamin Baret (guitare lead et acoustique), Matt Klavins (guitare) et Dan Presland (batterie).
On notera la présence de plusieurs invités, à savoir Robin Zielhorst (basse sur tous les titres, il remplace Cygnus), Emma Charles et Natalija May (violons additionnels sur les titres 1, 4, 6) et Tim Hennessy (violoncelle sur les titres 1, 3, 4, 6).

Ne Obliviscaris, c'est un peu comme si Opeth, après sa période Death/Prog, avait préféré évoluer vers une voie plus brutale.
Alternant agressivité et calme, puissance et subtilité, ce groupe part dans des directions où lumière et/ou obscurité se partagent l'affiche.
Vocaux death, black, clairs ; passages brutaux, prog, atmosphériques ; section rythmique puissante ; présence marquée du violon... tout est dégainé avec une cohérence de tous les instants !

Découvrons maintenant Urn plus en détails.

Libera (Part I) – Saturnine Spheres est une excellente entrée en matière, avec ces passages speed, en voix claire très mainstream qui colle parfaitement à la musique.
Evidemment, les interventions en voix death, l'aura prog avec ses passages typiques, techniques sans exagération sont de la partie.
Les deux types de vocaux bossent aussi de concert et on a même quelques choeurs qui apportent pas mal (à creuser pour le prochain album, pour qu'ils soient présents sur tous les titres ?).
On notera un passage instrumental acoustique où les cordes prennent le pouvoir... partout où elles interviennent, la musique prend une hauteur supplémentaire... bravo au groupe pour cette riche idée de bosser avec violon et violoncelle et de ne pas les limiter à la portion congrue.
Quant à sa suite, Libera (Part II) – Ascent Of Burning Moths, c'est un titre acoustique où le violon est en lead.

Intra Venus
est typiquement prog, j'ai notamment beaucoup aimé un passage acoustique, qui nous offre un moment cool, un peu jazzy, auquel succède une guitare bien heavy aidée par le violon... Ensuite, l'agressivité revient, en voix extrême (death/black)... le groupe ne se refuse rien et cela nous permet de découvrir une musique riche et imprévisible.
Je me permet d'en profiter pour parler de la production, avec ce mixage de grande qualité, qui sait mettre en valeur tous les intervenants (on entend tout, et la basse, qu'on aimerait souvent mieux entendre dans certains albums, n'est pas oubliée, loin de là, ce titre en est un bon exemple).

Après ces trois morceaux particulièrement plaisants, place à Eyrie et ses presque douze minutes, démarrant de manière très atmo, avec de subtiles orchestrations et la petite touche prog/jazzy très sympa, en voix claire qui intervient à propos, pas trop, la musique étant ici la base. Après quatre minutes trente, la section metal entre en action, on repart vers cette musique pour laquelle la voix claire et, je ne le répèterai jamais assez, les cordes, sont un atout fondamental.

Avec Urn (Part I) – And Within The Void We Are Breathless, on a peut-être la compo avec les passages les plus alambiqués... mais attention, comme j'ai coutume de le dire, au service de la musique, pas l'inverse, on est loin du "technico-technique" vain, disons simplement que c'est sans doute la compo la moins accessible de l'album. 
Quant à sa suite, Urn (Part II) – As Embers Dance In Our Eyes, elle incarne la facette la plus agressive, qui n'oublie cependant pas la mélodie, incarnée par certains riffs mélodiques et naturellement le chant clair... cette compo met un point final à l'album.

Ne Obliviscaris nous propose une musique diversifiée, cumulant Black/Death mélodique, Prog, orchestrations et moments atmosphériques, le tout baigné de vocaux clairs et extrêmes qui s'entendent à merveille.
Tous ces éléments s'emboîtent parfaitement et nous font passer un excellent moment, la mise en son, puissante et harmonieuse, étant un atout supplémentaire non-négligeable... de toute façon, ce type d'album avec un son "light"... pas possible !
Si je devais trouver un (petit) bémol, ce serait la durée de l'album, qui est d'environ quarante-six minutes. Si le groupe a autant à offrir sur aussi peu de temps, imaginez avec un album de plus d'une heure !

Après Citadel, avec lequel j'avais découvert le groupe, force est de constater que Urn confirme que Ne Obliviscaris est une formation à suivre de très près.


Tracklist de Urn :

01. Libera (Part I) – Saturnine Spheres
02. Libera (Part II) – Ascent Of Burning Moths
03. Intra Venus
04. Eyrie
05. Urn (Part I) – And Within The Void We Are Breathless
06. Urn (Part II) – As Embers Dance In Our Eyes