Artiste/Groupe:

Nephren-Ka

CD:

La Grande Guerre De l'Epice

Date de sortie:

Octobre 2017

Label:

Dolorem Records

Style:

Brutal Death Metal

Chroniqueur:

hourkach

Note:

17/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Quatre ans après leurs premiers assauts aboutissant à la conquête des planètes des Titans (The Fall Of Omnius), Nephren-Ka reprend les armes avec un nouvel album intitulé La Grande Guerre De l'Epice. Depuis sa formation en 2006, le quatuor auvergnat ravage tout sur son passage en délivrant un Brutal/Death sans concession inspiré de thèmes du monde étrange du Cycle de Dune de Franck Herbert. Curieux et excité par le défi proposé, je décide donc de rejoindre les quatre Fremen afin de m'envoler vers la planète Arrakis à la recherche de cette mystérieuse substance dénommée "Epice".

Dès mon arrivée sur la planète des sables, Watch And Learn ne me laisse aucun répit et me plonge immédiatement dans un chaos indescriptible. La double pédale frénétique de Thibaud Pialoux, la puissance des riffs délivrée ainsi que la voix d'outre-tombe de Laurent Chambe (ex Dislocation) me prennent à la gorge sans me laisser la moindre chance de battre en retraite. Je suis vraiment surpris par la férocité de cette première attaque mais ce déchaînement de violence ne fait que raviver chez moi un instinct de prédateur et une soif de sang trop longtemps contenus.
Nephren-Ka ne me laisse pas pour autant le temps de reprendre mes esprits et repart au combat avec deux nouveaux titres intitulés Plan To Master The Universe et The Demise Of Ix. Contrairement à Watch And Learn, le rythme de ces deux chansons est beaucoup plus saccadé et le souffle des accélérations déployé par les fûts vient me scotcher au fond de mon vaisseau sans que je ne puisse esquisser le moindre mouvement. Lorsque je tente enfin de riposter, les quatre mercenaires enfoncent le clou en balayant ma volonté d'un revers de gratte et en pilonnant ma nuque avec de multiples breaks totalement inhumains. Pour l'instant, ces attaques à la Hate Eternal ne me laissent aucune chance et je commence à réaliser que cette quête du "Mélange" risque bien d'être parsemée d'embûches...
Je ne crois pas si bien dire car Nephren-Ka m'inflige de nouveaux sévices avec son quatrième morceau, Proditoris Gloriosa Finis. Malgré les souffrances endurées, j'avoue que ce titre est un véritable coup de coeur car Laurent Chambe et ses combattants accentuent l'impact de leur méfait en ralentissant considérablement le rythme. Rassurez-vous, la double pédale et les blast beats du sieur Pialoux ne disparaissent pas totalement du champ de bataille mais Nephren-Ka change de tactique en insistant sur la lenteur du tempo et la lourdeur des riffs. Ajoutez à cela le chant en français et de nombreux soli totalement déroutants et vous obtenez une arme de destruction massive !
Après un Proditoris Gloriosa Finis moins véloce, Nephren-Ka remet les pendules à l'heure en renouant avec un morceau d'une rapidité déconcertante. Idar Fen Adjica comprend bien un passage de headbanging impitoyable en milieu de chanson mais cette nouvelle création n'est en réalité qu'un "Amal" me condamnant à une lente agonie avec ses riffs écorchés, son chant caverneux et ses accélérations toujours aussi diaboliques. Désormais empoisonné, je décide de lancer mes dernières forces dans la bataille pour mourir fièrement au milieu de mes Sardaukars. Nephren-Ka l'a bien vu et profite de ma faiblesse en tentant de m'achever avec deux nouvelles boucheries, New Melange For The Real God et The Great Spice War. Le quatuor applique toujours la même recette maléfique mais parvient toujours à capter mon attention grâce à un jeu de gratte totalement hallucinant. Contrairement à certaines croyances, un groupe de Brutal/Death ne peut pas se contenter d'artiller bêtement sans posséder des bonhommes solides derrière chaque instrument. Nephren-Ka l'a bien compris car l'osmose entre la basse et la batterie ainsi que les multiples prouesses techniques de Sébastien Briat agissent à la perfection et me laissent sans voix à chaque note proposée. Par contre, je trouve sincèrement dommage que le chant se soit "adouci" durant les deux dernières minutes de New Melange For The Real God car le frontman abandonne sa voix abyssale en optant pour un chant à la Gojira beaucoup moins incisif. Ceci n'est presque qu'un détail car Nephren-Ka ne me laisse pas le temps de douter et rectifie immédiatement le tir en m'entraînant à la rencontre d'un mystérieux personnage du roman de Franck Herbert, le Comte Fenring. Je mise tout sur ce meurtrier pour m'emparer du trône et enfin terrasser la machine de guerre Nephren-Ka. Malheureusement pour moi, mes plans ne se passent pas comme prévu et le Fenring's Test est un échec de plus dans ma quête du pouvoir car mon âme de tueur s'ébranle littéralement face aux nouveaux coups de massue des quatre Fremen. Cet avant-dernier titre n'apporte rien de nouveau mais balance toujours des riffs à la Nile ou Hate Eternal d'une efficacité redoutable et d'une technicité remarquable. L'Epice disparaît définitivement de ma vue lorsque l'ultime morceau From High Hopes To Failure Complete éclate dans mes oreilles. Je dois me rendre à l'évidence, la précieuse denrée est bel et bien tombée entre les mains de Nephren-Ka car un humain normalement constitué ne peut pas martyriser ses instruments avec autant de fulgurance et de dextérité. C'est donc la mine défaite et le coeur brisé que je termine ce calvaire en attaquant l'écoute du titre bonus proposé à la fin de cet album. A l'image de toute La Grande Guerre De l'Epice, Nephren-Ka me surprend et étale, une nouvelle fois ,tout son talent en revisitant le morceau Mirror Mirror sorti en 1988 par le groupe Suédois Candlemass. Je ne vais pas m'étaler sur cette reprise mais je vous promets que le rendu est juste énorme et vient conclure de la plus belle des manières un deuxième cycle déjà monstrueusement bon.

Honnêtement, je ne regrette pas d'avoir livré ce combat interstellaire car La Grande Guerre De l'Epice m'a foutu une claque d'anthologie. De la première à la dernière note, en passant par l'artwork (réalisé d'une main de maître par Stan W. Decker), j'ai été subjugué par le talent et la technique de chaque musicien. La batterie est un véritable rouleau compresseur, la guitare vous taille en pièce avec sa précision chirurgicale et les growls et pig-squeals du chanteur viennent vous glacer le sang tout au long de cette Grande Guerre. Dolorem Records tient ici une pépite qu'il faudra bien choyer car avec un tel potentiel, cela ne m'étonnerait pas que Nephren-Ka quitte rapidement sa planète pour venir anéantir notre civilisation.

Tracklist de La Grande Guerre De l'Epice :

01. Watch And Learn
02. Plan To Master The Universe
03. The Demise Of Ix
04. Proditoris Gloriosa Finis
05. Idar Fen Adijica
06. New Melange For The real God
07. The Great Spice War
08. Fenring's Test
09. From High Hopes To Failure Complete
10. Mirror Mirror