Artiste/Groupe:

ORigami geijutsU

CD:

The Hibakusha Haikus

Date de sortie:

Avril 2016

Label:

Indépendant

Style:

Mathcore

Chroniqueur:

JeanMichHell

Note:

16/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Au Nord, "c'était les corons", disait le poète, tout comme le chaleureux public lensois… Mais ce n’est pas que cela, le Nord : il y a aussi ORigami geijutsU, lillois, qui ne font pas dans la dentelle mais bien dans la mécanique de précision.

Ces grands malades que sont Franck Marteaux (Guitare), Fabien Ricq (batterie) et Florent Gerbault (basse) nous présentent The Hibakusha Haikus, un album de Mathcore instrumental. Cette définition veut souvent dire un album pour les musiciens, ce qui peut paraître un peu réducteur mais semble vraiment approprié à la musique du groupe. En effet, il faut quand même avoir une d’oreille déjà bien entraînée pour pouvoir apprécier cet album à sa juste valeur. Et surtout, du courage pour prendre le temps de le digérer et ainsi en découvrir toutes les couches.


Il est assez délicat de faire ressortir un titre ou une tendance sur cette galette tant les riffs qui sont enchaînés n’ont pas forcément à voir les uns avec les autres. Ce déficit d’homogénéité ne signifie pas un déficit de qualité, bien au contraire.

Fig.1 ouvre le bal, un premier arpège qui peut donner envie de danser mais au bout de quelques secondes, c’est l’apocalypse : ça part dans tous les sens et, pour un trio, c’est particulièrement impressionnant. Un des riffs principaux de ce morceau ne tombe pas « juste », et cette mesure asymétrique donne la sensation de rater un pas en marchant. Et tout l’album est ainsi fait, rien n’est préétabli et c’est tout l’art de cet origami complexe.

On en prend plein la tête en matière de créativité, mais aussi en matière d’agressivité pure.  Paper Yokais Awakening taille totalement l’auditeur en petits morceaux, la virtuosité s’allie à une violence de tous les instants. Le batteur fait preuve d’une vitesse d’exécution hallucinante, tout en maîtrise quand, à certains passages à la double pédale, il ferait presque passer Hellhammer pour un escargot de bourgogne.

Il y a tout de même un morceau avec un chanteur : Paranoïd, où le groupe est rejoint par Olivier Haese qui officie habituellement dans Watch Your Six! apporte tout de même un plus. Ce titre débute sur une introduction impressionnante, puis le reste est peut-être un peu plus classique par rapport au reste de l’album. Ce qui doit expliquer le pourquoi du comment d’un chanteur, car poser des paroles sur la musique de ces lascars-là n’est certainement pas une chose aisée.


Pour être transparent, mon objectivité vole assez vite en éclat lorsque j’écoute ce style musical. Je pense aujourd’hui que le mathcore est le style de metal le plus créatif car sans limite et sans « cahier des charges ».

Mais je vais quand même ajouter un petit bémol. Sans vraiment rentrer dans une démonstration de tous les instants, le groupe ne canalise pas encore assez sa fougue créatrice. Il serait certainement plus opportun de développer les parties mélodiques qui permettent à l’auditeur, non seulement de reprendre un peu son souffle mais surtout d’apprécier la capacité du groupe à créer des mélodies. Je regrette qu’elles soient aussi peu nombreuses. Parce que même si j’ai été biberonné par des groupes comme The Dillinger Escape Plan ou encore Comity, je dois avouer que l’écoute de cette œuvre (car c’en est une) peut s’avérer éprouvante.

Cette production est une belle surprise et encore une fois française. Là où certains pays continuent à suivre le chemin tout tracé du conformisme qui mène à la monnaie, dans notre beau pays on continue à nous offrir des groupes hors normes (Hypno5e, Psykup, Comity entre autres…) qui n’hésitent pas à prendre des risques, quitte à avoir du mal à en vivre… Et, comme disait Mamie Yvette : "on n’a pas de pétrole mais on a des idées, mon brave monsieur."


Tracklist de The Hibakusha Haikus:

01. Fig.1
02. The Randlett System
03. Trisection On A Leaf
04. Paper Yokais Awakening
05. Senbazuru
06. Axiom II : Too Slow To Fold
07. Differential Geometry
08. A Rustle Before Silence II : From Nothing
09. A Rustle Before Silence III : To Everything
10. Paranoid (feat. Olivier Haese) (Bonus song)