POWERWORLD

Artiste/Groupe

Powerworld

Album

Powerworld

Date de sortie

28/03/2008

Style

Hard rock

Chroniqueur

Christian

Note

10/20

Site Officiel

myspace.com/powerworld

C H R O N I Q U E

"Powerworld" : avec un nom pareil, on est en droit d'attendre du gros son qui déchire, un puissant raz de marée sur le monde du métal...

Depuis le temps que je te le dis : "méfie-toi du contenant et de la belle étiquette... y'a que le contenu qui compte !".Tu en fais pourtant la cruelle expérience avec ton président : le pauv' "con tenu" c'est toi ! Alors, ne te fie pas aux apparences : y'a (là aussi) que le nom de puissant...

Prends les morceaux les uns après les autres, tu feras sûrement le même constat que moi : pas de pêche, pas d'inspiration, pas la fougue qu'on était en droit d'attendre d'un Powerworld, Teuton de surcroît !

Pioche au hasard : allez, va pour la plage 11 : "Don't walk on our broken glass" et encore le hasard joue en leur faveur... Le riff d'entrée te fait rêver ? T'inquiète, ça dure pas : c'est l'état de grâce, si tu vois ce que je veux dire... Dès que Steffen Brunner attaque au chant, t'as une partie du verdict en main : voix trop aigue, accent défectueux... Pas de double pédale chez Jurgen Lucas... A mi-morceau, c'est Nils Neumann aux claviers qui te la joue fumeux et c'est rien à côté du break final... Tu y trouves un air de déjà entendu, normal : Ilker Ersin, le bassiste est un ex-Freedom Call...

Si t'as le malheur d'en redemander, t'enchaînes sur la 12 : du sirop, c'est gentil, bien mignon (au sens où on ne se lasse pas dès la première écoute), la guitare absente précédemment prend le relais (Barish Kepic) et les choeurs t'incitent à mémoriser le refrain mais avoue-le, on te l'a fait cent fois le coup...

Non, on ne nous y reprendra plus (ni d'un côté, ni de l'autre d'ailleurs...) : le métal bling-bling, c'est décidément pas notre truc !