Artiste/Groupe:

Ungfell

CD:

Mythen, Mären, Pestilenz

Date de sortie:

Février 2018

Label:

Eisenwald

Style:

Black Metal rustique

Chroniqueur:

Mythos

Note:

14/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Après une démo en 2015, un split avec l’excellent Dakhma la même année et un album en 2017 sous le titre de Tôtbringære, Ungfell est de retour avec Mythen, Mären, Pestilenz, oeuvre qui s’inscrit dans la droite lignée du premier opus. Autrement dit, du Black Metal bien brut, bien rustique, façonné dans les ombres du folklore suisse.

D’un logo connotant un Moyen Âge un peu barbare avec sa hallebarde et sa masse d’arme primitive, Ungfell est - logiquement - passé au balai de sorcières invoquant les pratiques occultes du funeste âge médiéval. Dans les deux cas, le tableau est dressé, les Suisses joueront du BM inspiré par les histoires (plus ou moins naturelles) d’une ère marquée par l’obscurantisme, la magie et le mysticisme. Cela se traduit même concrètement dans Mythen, Mären, Pestilenz par des interludes médiévaux injectant une atmosphère particulière à l’opus.

Niveau Black Metal, Ungfell joue dans le rustique (comme ils aiment le dire eux-mêmes), la voix est ultra criarde, aboyant ses paroles comme un clébard au bout de sa chienne de vie, ce qui ne sera sans doute pas au goût de tout le monde… Mais de toute façon Mythen, Mären, Pestilenz se cultive par à-coups, par petites brides, de-ci de-là, d’un Die Heidenburg bien cinglant à un De Fluech Vom Toggeli beaucoup plus traditionnel, reposant les oreilles avant de reprendre sa petite branlée sur Die Hexenbrut Zu Nirgendheim.


Il y a aussi un côté très torturé chez Ungfell, avec ses compositions un peu alambiquées, tirant par-ci, gueulant par-là… Mais cela sied finalement très bien à l’ambiance médiévale, qu’on imagine bordélique, aléatoire sans trop l’être vraiment… Une farandole inquiétante, lorgnant entre un sabbat populaire et un carnaval un brin terrifiant.   

Mythen, Mären, Pestilenz poursuit sans trop de surprises le dernier opus, du BM folklorique, rustique même, dans la lignée d’un Rauhnåcht ou d’un Nahtrunar.

Tracklist de Mythen, Mären, Pestilenz :

01. Raubnest Ufm Uetliberg
02. De Türst Und S Wüetisheer
03. Oberlandmystik
04. Bluetmatt
05. Die Heidenburg
06. De Fluech Vom Toggeli
07. Die Hexenbrut Zu Nirgendheim
08. Guggisberglied
09. Der Ritter Von Lasarraz
10. Raserei Des Unholds