ASIA

Artiste/Groupe

Asia

Album

Phoenix

Date de sortie

11 Avril 2008

Style

Rock

Chroniqueurs

Ralph, Didier, Christian

Note Ralph

11/20

Note Didier

10/20

Note Christian

10/20

Site Officiel

http://www.originalasia.com/

C H R O N I Q U E Ralph

ASIA est un groupe de rock fondé en 1981 et ayant sorti près d'une vingtaine d'albums, live et compilations compris. Sur la majeure partie de leur carrière, les albums de ce groupe ont eu la particularité de s'intituler par un mot commençant par la lettre "A". On peut ainsi écouter "Asia", "Alpha", "Astra", "Aqua", "Aria", "Arena", "Axioms", "Aura", etc.

Les deux premiers albums, Asia en 1982 et Alpha en 1983, ont connu un immense succès. Le reste de la carrière du groupe a été en demi-teinte ensuite, le succès de ces deux albums n'ayant jamais été au rendez-vous pour les albums suivants.

Le quatuor a beaucoup évolué au fil des années, et nous revient en 2008 pour ce nouvel album sous sa forme originale, avec aux guitares Steve HOWE, qui n'est certainement pas un inconnu pour les amoureux de guitare. Il était le guitariste de YES et a beaucoup tourné avec DREAM THEATER. Les fans de DREAM THEATER le connaissent bien, puisqu'on peut écouter avec délectation le duo HOWE - PETRUCCI sur le morceau "Starship trooper" de YES. C'est un morceau de près de 15 minutes avec une bonne dizaine de minutes d'instrumental progressif superbe, qu'on peut retrouver sur le live de DREAM THEATER "Once in a live time", enregistré lors de cessions réalisées pour un fans club du groupe en 1998.

Bref, revenons à ASIA. L'album sonne très années 1980. Les fans de ASIA ne seront pas déçus. Pour les autres, on pourra leur reprocher de n'avoir pas sur faire évoluer leur son.

On a quelques pistes qui sont insupportables, tellement c'est niais. Ainsi en est-il de la piste 2 "Nothing forever" et 4 ""Sleeping giant". Ca monte en puissance avec la piste 6 "I will remember you", morceau langoureux sur fond d'orgue Bontempi, qui fait très complainte pour supermarché. On poursuit avec la piste 7 "Shadow of a doubt", morceau très pop rock FM, qui donne l'impression d'écouter Barry MANILOW. Au niveau "métal", on a vu plus hard...

Voilà pour les déchets. Il nous reste encore 7 pistes, qui sont pas mal du tout. Sous réserve que vous ne soyez pas réfractaire au son des années 1980 et à quelques sonorités franchement désuettes, on a tout de même quelques morceaux bien ficelés.

Ces titres sont principalement des balades, avec quelques belles parties de guitare comme sur le titre 5 "Alibis", généreux en guitare slide, ou la piste 10 "Orchard of mines", titre très progressif et pas mal du tout. Egalement la piste 8 "Parralel worlds", qui possède une très longue partie instrumentale très harmonieuse.

Au final, on a donc un album très années 80, très balades, avec quelques titres vraiment désués et sans intérêt, et d'autres qui sonnent nettement mieux. Si vous êtes nostalgique de cette période, vous allez vous régaler. Si vous aimez la guitare pure et dure, l'album va vous sembler assez mou. Si vous ne jurez que par Metallica et autres groupes du même genre, écoutez Metallica plutôt ! Pour ma part, je mettrais un 11/20, car années 80 ou pas, ces musiciens auraient pu se mettre à la page et nous faire un album qui tienne vraiment la route, et pas seulement une énième variation sur le thème de leurs succès d'il y a 25 ans.

C H R O N I Q U E Didier

Asia, sort un nouvel album, après un blanc de 25 ans. Ben ouais. En fait faudrait un peu expliquer. D'abord on parle d'ici du "vrai" Asia, celui du célèbre hit "Heat of the Moment", fredonné par votre grand-mère en tricotant. Et oui par ce qu'il y a bien aujourd'hui 2 Asia. Il y a aussi, Asia featuring John Payne (AfJP) et le pourquoi du comment est une longue histoire. Mais pour faire court, cet album est le 4ième album du line-up d'origine, et fait suite aux Asia (1982), Alpha (1983) et Astra (1985) - tous dans ma CD-thèque. On y retrouve donc les pointures de l'époque: Geoff Downes (ex Buggles, ex Yes) aux claviers, John Wetton (ex King Crimson) à la basse et au chant, Steve Howe (ex Yes) à la guitare, et Carl Palmer (Emerson, Lake & Palmer) à la batterie. Un super groupe, comme à l'époque, juste les cheveux encore plus gris. Le premier morceau, "Never Again", nous fait vraiment revenir 25 ans en arrière. La voix ainsi que tous les ingrédients du Asia-82 sont bien au rendez-vous du Asia-08. Même son, même refrain accrocheur et même résultat! Yabon. Yabon, mais après, y'a plus bon du tout. On tombe bien souvent dans une guimauve, mielleuse, super bateau ("Nothing's Forever", "Alibis", "Shadow of a Doubt", "Over and Over"), des ballades insipides ("Heroine", "I will remember you", "Orchads of Mine", "An Extraordinary Life") qui ferraient probablement le bonheur du prochain Disney mais pas le mien et probablement pas celui du fan de métal à l'esprit super ouvert que vous êtes. Outre le premier titre, on notera quelques bonnes choses dans un "Sleeping Giant" de plus de 8mn, dans "Parallel World" ou bien dans "An Extraordinary Life". Mais bon, limite quand même.

Au final, c'est la tristesse pour moi. La pochette, une nouvelle oeuvre de Roger Dean, tout à fait dans la lignée des 3 albums précédents, n'y ferra rien, il ne restera, hélas, que 3 Asia dans ma CD-thèque. L'originalité fait horriblement défaut dans cet album. On s'ennuie ferme.

Le Phoenix renait de ses cendres, lui.

C H R O N I Q U E Christian

La terre s'est arrêtée de tourner depuis 25 ans ?

C'est en tout cas la question que l'on est en droit de se poser à l'écoute du dernier "produit" d'Asia !

"Produit" terme utilisé à dessein tant cet album sent l'opération de merchandising !

John Wetton (ex-King Crimson, ex-UK), Steve Howe (ex-Yes), Carl Palmer (ex-ELP) et Geoffrey Downes (ex-Buggles) se reforment comme par enchantement un quart de siècle après avoir commis ensemble la meilleure vente de l'année 1982...

Se sont-ils interessés à l'évolution musicale de leurs fans depuis tout ce temps ? Aussi incroyable que celà puisse paraître, il semble bien que non puisque voici un copié collé du rock FM des eighties sans innovation, sans fioriture...

Il reste un indéniable savoir-faire de composition et d'interprêtation et un bon son, est-ce suffisant ?

Certainement pour accompagner vos slows langoureux (et encore...) mais pas pour renouveler votre discothèque : gardez précieusement vos souvenirs du style, la cuvée 2008 sent le réchauffé !

Pour preuve : jetez une oreille sur "alibis" ou "sleeping giant" pour vous en convaincre...

Tout n'est pourtant pas aussi ringard, sauvons : "Never again" (comme par hasard, c'est le morceau qui ouvre l'album au cas où vous n'écouteriez que celui-là chez votre disquaire préféré...) et tout n'est pas forcément aussi indigeste : il y a quelques belles ballades :"I will remember you" ou "an extraordinary life" mais pas de quoi se rassasier...