Artiste/Groupe:

Conquering Dystopia

CD:

Conquering Dystopia

Date de sortie:

2014

Label:

Mis

Style:

Death Technique Instrumental

Chroniqueur:

ced12

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Conquering Dystopia. Que le lecteur veuille bien m’accorder ce premier point, le nom de ce projet musical claque. Derrière ce patronyme bien Science-Fiction, on trouve de sacrés musiciens. Commençons par Keith Merrow, guitariste surdoué originaire de l’Oregon. Certes pas forcément connu du grand public, le type a pourtant une sacrée réputation de pointure. Il est accompagné ici d’un certain Jeff Loomis. Là, pas besoin de faire les présentations, son passé dans Nevermore pourrait suffire. Son association actuelle avec Amott dans Arch Enemy est une pure réussite et les deux composent un des duos parmi les plus impressionnants dans la scène actuelle.  Ajoutons Alex Webster (Cannibal Corpse) à la basse et Alex Rüdinger à la batterie et vous tenez là un sacré line-up de cadors.

Spécialité de Keith Merrow, les compos instrumentales. Si le lecteur souhaite un aperçu du talent de l'Américain, un rapide aperçu d'une vidéo Youtube devrait prouver la véracité de ce point de vue. Chez Keith Merrow, ce sont d'abord des riffs et les solos viennent ensuite apporter quelque chose aux morceaux. Et pas l'inverse !! Et ici, Jeff Loomis se rajoute à la partie, alors je  vous laisse imaginer le talent à l’œuvre chez Conquering Dystopia. En restant dans une dynamique instrumentale pure, les deux compères se sortent des contraintes naturellement inhérentes aux lignes de chant à intégrer aux morceaux et ils bénéficient ainsi d'une liberté totale sur les lignes de guitare. Ici, le résultat est encore plus abouti, plus dense, plus agressif mais aussi plus mélodique que dans le travail solo de Keith Merrow. Très clairement, il y a ici un effet Loomis qui apporte sa patte à l'ensemble.

 

 

Les deux phénomènes font preuve d'un certain courage ; car proposer des titres instrumentaux, c'est courageux. Le risque de "perdre" l'auditeur est réel tant l'exercice (de style) est peu pratiqué. Pour être direct, ce disque s'adresse ouvertement aux guitaristes / musiciens qui s'y régaleront. Pour les autres (dont l'auteur de ces lignes fait partie), eh bien pas trop d'inquiétude car, sincèrement, ça le fait vraiment bien. C'est que, malins et cohérents, Merrow et Loomis varient très bien les registres que cela passe admirablement bien. L'enchaînement du très aérien Doomsday Clock et de l'infernal Inexhaustible Savagery (hallucinante de vitesse d'exécution) illustre à merveille ce point. Evidemment, je mentionne énormément les guitares mais la section rythmique mérite quelques éloges elle aussi. Pas évident de suivre nos deux virtuoses.

 

 

Catchy, mélodique, ambiant, agressif, ce premier disque (et seul à ce jour, situation qui, vu l'agenda de Loomis, risque de perdurer) de Conquering Dystopia est une sacrée belle découverte. Evidemment à conseiller en premier lieu aux gratteux ; mais pour ceux qui n'ont pas peur de la musique instrumentale, foncez, ça vaut vraiment le détour.

 

 


Tracklist de Conquering Dystopia :

01. Prelude To Obliteration
02. Thetys
03. Ashes Of Lesser Man
04. Doomsday Clock
05. Inexhaustible Savagery
06. Totalitarian Sphere
07. Lachrymose
08. Autarch
09. Nuclear Justice
10. Kufra At Dusk
11. Resurrection in Black
12. Destroyer Of Dreams

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !