Diabolical

Artiste/Groupe

Diabolical

CD

Ars Vitae

Date de sortie

Janvier 2011

Style

Death Blackned

Chroniqueur

florentv

Note florentv

8/20

Site Officiel Artiste

Myspace Artiste

C H R O N I Q U E

Diabolical nous vient de Suède et, comme un nombre plus que conséquent de groupes venant de ces contrées, fait dans le black. Mais pas le black pur et dur, un black lorgant vers le death à la manière d'un Behemoth. Avant l'écoute de ce Ars Vitae, je ne connaissais absolument pas le groupe. Et autant vous le dire tout de suite, je suis loin d'être convaincu. D'après les infos qui circulent sur le net, on peut voir que le groupe a eu des soucis de label et qu'il vient d'atterrir sur un nouveau pour cet album. Ce qui explique peut-être le format étrange de la galette.

Le principal problème de ce nouvel album est qu'il n'en est pas un. C'est d'avantage un EP avec des bonus. Sur les dix-sept chansons de la galette, seules quatre sont nouvelles. Les treize autres sont réparties entre une live et l'intégralité de leur premier EP. Bon. Déjà léger a priori, ça sent la manoeuvre commerciale à plein nez.
La première partie (les quatre nouveaux morceaux) est plutôt bien, les compos sont assez riches et rentre-dedans. Bien que l'on soit en terrain déjà un peu défriché par les polonais de Behemoth, il y a pas mal de bonnes idées. Le son, puissant et net, rend les morceaux agressifs et le tempo plutôt lent crée une lourdeur un peu hypnotique. Mais là où le bât blesse, c'est qu'il n'y a réellement que trois nouveaux morceaux, le premier, Ortus, étant une intro bruitiste d'intérêt limité. Et encore trois morceaux, dont Infvitabile Fatvm qui est une compo instrumentale plutôt vide. Bref, en gros, il reste Sightless 6 et Eye, qui pour le coup sont réussis. Soit un total de treize minutes de nouveauté digne d'intérêt... Sur un album de dix-sept chansons, c'est quand même un ratio assez faible.
Vient ensuite la partie live, qui regroupe des anciennes compos du groupe. Là encore le son est plutôt pas mal, bien qu'un peu moins travaillé. Mais cela vient sans doute du fait que c'est un live et que le groupe a voulu rendre cette partie plus brute, plus vivante. Mais si à tous les concerts la communication entre le groupe et son public atteint le niveau de l'enregistrement présent sur Ars Vitae, et bien c'est qu'ils n'aiment pas parler. On a en tout et pour tout une seule phrase directement adressée au public. Je ne demande pas non plus un discours entre chaque chanson, mais il existe un minimum quand même. Bref, au final, si on n'a pas les applaudissement entre les chansons, on en oublie presque que c'est un live.
Finalement, le premier EP du groupe. Que dire ? Pas grand chose. Le son est pour le coup désagréable, la voix complètement foirée, les grattes trop saturées, seule la batterie tire un peu son épingle du jeu. Les morceaux sont un peu plus complexes que sur l'autre partie studio, avec plus de changements de rythme notamment. Mais question inventivité, on frôle le néant. Chaque compo est une caricature, entre les "yah, yah, yah, yah" de Guidance of Sin et le solo bordélique et inutile du début de Deserts, on frise le ridicule.

Je m'arrête là, je n'aime pas démolir un groupe, c'est jamais agréable. Mais il faut dire que Diabolical a tendu la perche. Incohérent et fourre-tout, le seul avantage qu'a cet espèce de format bizarre (nouveautés+live+vielleries même pas réenregistrées) est que l'on peut se faire une idée assez globale de la carrière du groupe. Mais au-delà de ça, rien. Vraiment rien. 

 

Tracklist de Ars Vitae :

01. Ortus
02. Sightless 6
03. Infvitabile Fatvm
04. Eye
05. Rcs – Live
06. The Gallery of Bleeding Art – Live
07. Ashes II – Live
08. The One Who Bleeds – Live
09. Under My Skin – Live
10. Vertigo – Live
11. Extinction – Live
12. Children of the Mushroom Cloud –Live
13. Suicidal Glory – Live
14. Ashes
15. Guidance of Sin
16. Deserts
17. The Dreaming Dead

Venez donc discuter de cette chronique, sur notre forum !