Artiste/Groupe:

Fairyland

CD:

Osyrhianta

Date de sortie:

Mai 2020

Label:

Massacre Records

Style:

Metal Symphonique

Chroniqueur:

Florentc

Note:

17.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Prépare la DeLorean Marty, nous retournons dans le passé. Positionne le convecteur temporel à la date du 14 avril 2003. La DeLorean ayant passé les 88 miles à l'heure, je suis bien de retour dix-sept années en arrière. Depuis plusieurs semaines, en lisant assidument les magazines de la presse spécialisée, je retrouve régulièrement de la publicité pour un nouveau groupe de metal symphonique, répondant au doux nom de Fairyland. Groupe qui plus est français, et de Nice, comme moi ! Certains indices laissaient penser que je serai un futur admirateur de ce groupe : une police d'écriture et une pochette qui ne laissent que peu de doutes à ce qu'il y aura dans la galette, et une signature NTS / Wagram, qui, à l'époque, était en général un gage de qualité ! A cette époque pas si lointaine, pas de Youtube, pas de possibilités d'écouter l'album en avant-première (hormis sur les samplers de magazines), difficile donc de se faire une idée si ce n'est d'acheter l'album les yeux fermés et d'espérer que l'album nous plaise. Je pars donc acheter l'album le jour de sa sortie chez mon disquaire niçois et m'empresse de l'écouter dans la voiture en rentrant chez moi. Je me souviens encore de cette joie à l'écoute de ses morceaux enchanteurs, de ces choeurs et refrains mémorables, en trouvant le retour en voiture bien trop rapide pour une fois. Le groupe créé par Philippe Giordana et Willdric Lievin avait su créer une atmosphère riche et aux ambiances bien identifiables, en réussissant un petit tour de force en s'octroyant les services de la chanteuse Elisa C.Martin, qui n'était autre que la chanteuse du groupe Espagnol Dark Moor, très réputé et dont j'étais un grand amateur. Bref, j'ai poncé cet album et il tourne encore aujourd'hui chez moi. S'en est suivi une tournée avec Sonata Arctica et Kamelot (excusez du peu !) et un succès bien évidemment mérité.

Malheureusement la suite a été plus chaotique. Willdric Lievin et Elisa C.Martin ont quitté le navire pour fonder HamkaMais Philippe Giordana sort malgré tout trois ans plus tard The Fall Of An Empire, avec au micro Max Leclercq, chanteur de Magic Kingdom. Signature chez Napalm Records, et un opus de qualité, Fairyland ne perd pas de sa superbe ! Et bis repetita trois ans plus tard : Philippe Giordana se retrouve seul à la tête de son propre groupe, mais sort Score To A New Beginning. Et encore une fois, c'est excellent (avec la particularité de voir une pléthore d'invités se succéder). Comme quoi le vieil adage "Ce qui ne te tue pas te rend plus fort" est bien approprié pour son créateur... Et donc depuis onze ans, plus de Fairyland, plus de nouvelles, et l'espoir d'un nouvel album envolé.
L'espoir renaît il y a quelques années avec des nouvelles du groupe, qui serait à nouveau actif, mais rien de serein non plus, puis finalement ça y est, Osyrhianta arrive dans nos contrées, nouvellement signé chez Massacre Records. Une formation une nouvelle fois remaniée, mais avec un détail important : le retour de Willdric Lievin au sein du groupe à la basse et au mixage. Les deux comparses sont enfin réunis et ont ramené du beau monde avec eux pour cette nouvelle aventure. Ainsi, Sylvain Cohen (guitare) et JB Pol (batterie) font leur apparition. Pour les amateurs du genre, il s'agit de deux membres de Kerion, autre groupe de metal symphonique niçois de très bonne facture. On reste donc en famille. Seul le poste de chanteur est revenu à un transalpin, Francesco Cavalieri, du groupe Wind Rose (au passage, leur dernier album est plutôt sympathique). Bref, tout semble à nouveau réuni pour voir Fairyland renaître de ses cendres, avec une réelle formation et non en tant que one man band. Et l'histoire se situe trois mille ans avant celle du premier album, lors de la création du monde Osyrhia. Le lien entre ces deux albums est là, la boucle est bouclée.

C'est par une intro typique du style, très cinématographique, que débute la reprise ! Choeurs, grosses orchestrations, c'est classique mais bien exécuté. Puis dès les premières notes de Across The Snow, on comprend que le groupe n'a rien perdu de son efficacité. On perçoit très bien la basse, qui vibre bien, puis à l'arrivée des choeurs, les frissons. Toujours aussi fantastiques, ils apportent ce côté épique que j'aime tant ! Francesco Cavalieri est taillé pour ce groupe, son timbre sied à merveille à la composition. Les cavalcades instrumentales, entre la batterie qui mitraille et les orchestrations, sont parfaitement exécutées, on en redemande ! Et c'est tant mieux car ce qui va suivre continue dans le domaine du très bon. The Hidden Kingdom Of Eloran et sa mélodie nous ramènent carrément à l'époque d'Of Wars In Osyrhia. Toujours un gros travail sur la basse et toujours ce refrain hymnique... Toujours dans le registre nostalgie, je demande Eleandra qui voit le retour au chant de Elisa C. Martin ! J'adore. Il suffit de fermer les yeux et on replonge directement. Mais le meilleur reste à venir. Heralds Of The Green Lands est, à titre personnel, LE meilleur titre composé par Fairyland. Une déferlante de metal symphonique, avec un refrain répété à outrance mais tellement bon qu'on ne peut s'en lasser ! C'est la pépite de cet album. A noter dorénavant la présence régulière sur l'album d'un violon, celui de Camille "Cydorrh" Dominique, invitée à jouer également de la flûte.

On a déjà atteint la moitié de l'opus et ça passe vite, très vite. Et la deuxième moitié ne faiblit pas en terme d'intensité. Alone We Stand voit Francesco Cavalieri s'amuser avec un titre qui se rapproche peut-être le plus de ce qu'il fait sur Wind Rose. Les parties acoustiques et l'ambiance me rappellent un peu ce que faisait Thy Majestie (groupe maheureusmeent tombé dans l'oubli) sur Hastings 1066Hubris Et Orbis fait partie des trois singles dévoilés avant la sortie, et on comprend aisément pourquoi. Tout simplement tout en haut de la liste avec Heralds Of The Green Lands. Tous les gros groupes de metal symphonique (Nightwish, Therion, Rhapsody, Epica) proposent une forte utilisation des choeurs dans leur musique. Mais aucun ne se ressemblent, ils ont réussi à avoir leur propre identité sur les choeurs. Et bien c'est exactement la même chose avec Fairyland. Ce n'est plus un groupe que l'on peut comparer avec un autre, mais plutôt un groupe qui servira de comparaison à un autre. Il y a vraiment cette forte identité "des choeurs à la Fairyland" et en cela, on peut applaudir des deux mains. Peu de groupes arrivent à se créer leur propre identité, celle qui fait qu'on va le reconnaître entre mille. Bravo donc !

Mount Mirenor est une longue pause purement instrumentale, encore une fois brillamment exécutée. Du haut de ses sept minutes, on ne s'ennuie pas une seconde. Camille "Cydorrh" Dominique est la grande gagnante sur ce titre très épique. Il y a du Hans Zimmer dans les orchestrations, le côté onirique en plus. Place maintenant à la pièce épique présente sur chaque album de metal symphonique qui se respecte : Of Hope And Despair in Osyrhia. C'est un condensé de ce que nous a montré le groupe durant tout l'album. Le titre est très bien construit et le temps passe vite. JB Pol nous prouve qu'il est très loin d'être un manchot, ça bastonne bien comme il faut. Vraiment tous les acteurs auront été parfaits, personne en retrait, encore une fois le refrain est fédérateur au possible, et les orchestrations loin d'être cheap. Pour clôre ce nouveau chapitre, The Age Of Light voit à nouveau la participation de Flora Spinelli, chanteuse de Kerion (on reste dans la famille!), qui avait déjà poussé la chansonnette sur les deux précédents opus. Elle est accompagnée par Victoria Cohen. Un titre apaisant qui clot en beauté cet Osyrhianta

Vous l'aurez compris, j'ai été totalement conquis par ce nouvel album de Fairyland. Un retour inespéré après tant d'années, qui fait plaisir à entendre. La formation telle qu'elle est aujourd'hui est excellente. Espérons qu'elle soit solide et que de nouvelles idées voient le jour afin de se délecter d'un nouvel album d'ici deux - trois ans plutôt que onze ! 


Tracklist de Osyrhianta :

01. The Age Of Birth
02. Across The Snow
03. The Hidden Kingdom Of Eloran
04. Eleandra
05. Heralds Of The Green Lands
06. Alone We Stand
07. Hubris Et Orbis
08. Mount Mirenor
09. Of Hope And Despair in Osyrhia
10. The Age Of Light

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !