Artiste/Groupe:

Stonus

CD:

Aphasia

Date de sortie:

Mars 2020

Label:

Electric Valley

Style:

Heavy Stoner Psychédélique

Chroniqueur:

Ignatius

Note:

17/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

 Qu'il est bon d'être confronté à ce genre de disque, trop rare, ces albums cohérents jusque dans leurs moindres recoins, où tout est raccord de la cover aux photos promos, des compositions à la production soignée, réfléchie et adaptée, quand tout fait sens et semble dédié à une même cause. Aphasia, premier album de Stonus, fait partie de ces oeuvres bien pensées et parfaitement réalisées.

Aphasia est tout en énergie, l'album souffle le chaud et le brûlant, aussi à l'aise dans son riffing très seventies que dans ses développements psychédéliques complètement envoûtants, magnifiquement évocateurs et d'une beauté à tomber. Biberonné au son de Kyuss, Queens Of The Stone Age, Monster Magnet & co, le quintette chypriote nous emmène durant près de quarante-cinq trop courtes minutes au pays du soleil, au coeur de déserts flottants et rougeoyants, dans des paysages embrasés dessinés par cette musique contrastée, à la fois électrique et rampante. Homogène, Stonus tutoie le sans faute, fait s'enchaîner les plans qui fusent et les accalmies enchanteresses sans jamais forcer le trait. Tout est ici au service de cette atmosphère chaude que le groupe dompte à merveille. Les guitares bien évidemment dominent les débats, solides quand elles assènent un heavy rock puissant et racé et qui se font magnétiques quand il faut égrainer les arpèges enfumés qui façonnent les progressions psychés que nous réserve chacun des morceaux. La section rythmique est au diapason, la basse délicieusement saturée se trouve une place de choix dans le mix aéré et la partition de batterie, juste parfaite, n'en propose ni trop ni trop peu, servant à merveille le propos sans se priver d'ornements discrets mais efficaces en diable. Tout est en place pour servir la cause d'un Rock aventureux et cosmique qui emprunte autant au Heavy Metal des premières heures qu'au Doom Traditionnel ou au Stoner.
Mais je n'ai rien dit si je ne parle pas du chant qui fait littéralement basculer le disque dans une autre dimension. La prestation de Kyriacos Frangoulis est en effet l'atout majeur de cette galette : non content d'assurer avec une aisance déconcertante dans les moments les plus énervés de l'album, il nous gratifie de volutes vocales presque incantatoires et absolument sublimes sur les parties plus progressives ; le chant se fait alors presque chamanique, se perdant au fond d'un écho savamment dosé, de la pure magie.

 

 

 

Le groupe apporte t-il quelque chose de nouveau ? Est-il à la hauteur de ses inspirateurs ? Renouvelle-t-il le genre ? Autant de questions qui ne m'intéressent pas, la seule qui vaille la peine d'être posée est la suivante : est-ce que ça fonctionne ? Et la réponse fuse (fuzz?) : oui ! Mille fois oui !! Aphasia dépayse, suggère une autre réalité et propose une immersion totale et rapide. Stonus réussit son entrée dans la cour des grands en signant un premier essai bluffant de maîtrise, marqué par une forte personnalité et qui sera assurément l'une des très belles surprises de cette étrange année.

 

Tracklist de Aphasia :

01. Intro
02. Awake
03. Aphasia
04. Mania
05. Nadir
06. Dead End
07. Ghost Town

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !