Stratovarius

Artiste/Groupe

Stratovarius

Blu-R

Under Flaming Winter Skies - Live In Tampere

Date de sortie

Juillet 2012

Label

Ear Music/Edel

Style

Power Metal Mélodique

Chroniqueur

fifi59

Note fifi59

16/20

Site Officiel Artiste

Myspace Artiste

C H R O N I Q U E

Cette chronique du Blu-Ray de Stratovarius, Under Flaming Winter Skies - Live In Tampere, vient compléter celle de mon ami Blaster, qui s'est chargé du support CD.

Stratovarius a toujours eu une place particulière dans mon coeur. C'est en 1994 que je découvre le groupe avec Dreamscape, accrochant immédiatement sur la musique du combo, pleine de mélodies accrocheuses et de puissance. Depuis, je suis fan du groupe, me procurant et appréciant l'intégralité de leur discographie (avec cependant une pointe de déception pour Elements Part 2 en 2003 et Stratovarius en 2005).

Il aura fallu attendre bien longtemps pour voir enfin paraître un support vidéo d'un concert de la formation finlandaise ! Certes, il y a eu Infinite Visions (2000), mais figurez-vous que c'est le seul enregistrement du combo que je ne possède pas même si j'ai eu l'occasion de le visionner ! La raison ? C'est une suite d'extraits live et de coulisses qui n'appelle qu'un mot : frustration !!

Allez, abordons maintenant ce moment avec ce Under Flaming Winter Skies - Live In Tampere, qui est un hommage au batteur Jörg Michael (quelle belle carrière, avec un nombre conséquent de collaborations avec de nombreux groupes, et que d'albums enregistrés !) qui quitte le groupe après dix-sept ans de bons et loyaux services.

Que faut-il pour apprécier sans réserve le Blu-Ray (ou DVD) live d'un groupe que l'on aime ?
- Une setlist conséquente et variée,
- Une interprétation de qualité,
- Un light-show plaisant,
- Une bonne ambiance,
- Une image irréprochable,
- Un son impeccable,
- Des bonus intéressants.

Reprenons chaque élément si vous le voulez bien.

La setlist fait (peut-être un peu trop) la part belle à Visions (six titres) et occulte, à mon grand regret, certains albums qui m'avaient fait vibrer (Dreamscape, Fourth Dimension, Destiny).
Ajoutons à cela trois solos (mais pas de Jörg... bizarre... qui fera cependant un petit speech au sein duquel il s'excusera de ne toujours pas parler finlandais !) et deux reprises (Burn, de Deep Purple et Behind Blue Eyes, de The Who).
Il y a donc un léger bémol mais le sentiment initial est toutefois très favorable.

Evidemment, on peut avoir une belle setlist et une interprétation insatisfaisante. Ce n'est pas le cas ici.
Après visionnage, j'ai le sentiment que les musiciens ont trouvé le bon équilibre entre bonne humeur (mention spéciale à Lauri Porra, basse, très souvent le sourire aux lèvres) et concentration (mention spéciale à Matias Kupiainen, guitare, particulièrement appliqué sur son jeu). On sent qu'ils veulent que ce soit parfait, qu'ils veulent bien faire pour satisfaire les fans présents dans la salle (et devant la télévision, lors du visionnage du concert) en évitant, notamment, les approximations... et c'est réussi, l'interprétation est impeccable de bout en bout ! Aucune exubérance, une interprétation carrée, efficace, plaisante.
Concernant maintenant Timo Kotipelto, s'il n'est pas toujours au top sur ce live, qu'il a quelques baisses de régime (puissance, justesse) au niveau de son chant (pas évident car exigeant au niveau des aigus), je trouve que le verdict est tout de même positif dans l'ensemble. D'ailleurs, puisque j'en suis à décerner des mentions spéciales, ce sera pour son interprétation de Father Time, qui est quasiment parfaite, du grand Timo en l'occurrence !

J'ai trouvé le light show parfait, bien dans l'ambiance, correspondant à ce que j'attendais, dénué de tout effet susceptibles de filer des maux de tête et inondant comme il faut (et quand il faut) la scène (de taille moyenne, impeccable pour ce concert).

L'ambiance est naturellement bonne, agréable, bien en phase avec l'événement !

Pour que le plaisir de visionnage soit total, la technique se doit d'être au diapason. Venons-en donc à l'image et au son.
- L'image est excellente, bien définie, aucun problème particulier n'est à indiquer.
- Le son est (heureusement) en haute définition. Comprenez DTS HD Master Audio, ici décliné en deux versions : 2.0 et 5.1.
Le premier format (2.0) est puissant et de qualité mais il faudra se diriger vers le 5.1 pour obtenir un équilibre plus probant et une meilleure dynamique des basses. On notera un mixage harmonieux, permettant de bien distinguer les instruments.
- J'ajoute qu'il y a des sous-titres (anglais seulement), que l'on peut activer et qui permettent d'avoir toutes les traductions lorsque Timo parle au public ou que Jörg fait son discours. Apport sympa.

Pour qu'une vidéo n'engendre pas de (plus ou moins) légère frustration, il faut également des bonus. Même s'ils ne sont pas nombreux, ils ont ici le mérite d'exister et d'être intéressants.

J'ai beaucoup aimé le documentaire qui évoque la carrière de Stratovarius des origines à nos jours, en donnant la parole aux membres du groupe (surtout Jörg et Timo) et en ajoutant des images d'archives (photos, extraits live, coulisses). Jörg évoque naturellement l'arrêt de sa carrière au sein de Stratovarius en indiquant notamment deux choses, primordiales à ses yeux : il sera plus présent à la maison et il préfère arrêter quand il le décide plutôt que d'être obligé d'arrêter...
Passionnant et finalement trop court, il incarne le bonus idéal après le concert. J'ajoute que si je l'ai autant apprécié, c'est également grâce à la présence de sous-titres (anglais uniquement, même lorsque Jörg et Jens s'expriment en anglais), qui m'ont permis de tout comprendre !

Enfin, on a un bonus audio, reprenant la (longue) compo Elysium en 5.1, qui permet d'avoir un rendu multi-canal pas désagréable !

Voilà, en définitive j'ai passé un bon moment avec Stratovarius, ce Blu-Ray étant une belle réussite, tant au niveau du contenu que de la technique.
Je vous recommande donc de le découvrir !

Setlist de Under Flaming Winter Skies - Live In Tampere :

01. Intro
02. Under Flaming Skies (de l'album Elysium, 2011)
03. I Walk To My Own Song (de l'album Elements - Part 2, 2003)
04. Speed Of Light (de l'album Episode, 1996)
05. Kiss Of Judas (de l'album Visions, 1997)
06. Deep Unknown (de l'album Polaris, 2009)
07. Guitar Solo
08. Eagleheart (de l'album Elements - Part 1, 2003)
09. Paradise (de l'album Visions, 1997)
10. Visions (de l'album Visions, 1997)
11. Bass Solo
12. Coming Home (de l'album Visions, 1997)
13. Legions Of The Twillight (de l'album Visions, 1997)
14. Darkest Hours (de l'album Elysium, 2011)
15. Jörg Speech
16. Burn (reprise de Deep Purple)
17. Behind Blue Eyes (reprise de The Who)
18. Winter Skies (de l'album Polaris, 2009)
19. Keyboard Solo
20. Black Diamond (de l'album Visions, 1997)
21. Father Time (de l'album Episode, 1996)
22. Hunting High And Low (de l'album Infinite, 2000)

Bonus :

01. Documentaire : "Rewinding from the past to 2012" (29'15)
02. Elysium en 5.1 (de l'album Elysium) (18'05)

Venez donc discuter de cette chronique, sur notre forum !