Artiste/Groupe:

Igorrr

CD:

Spirituality And Distortion

Date de sortie:

Mars 2020

Label:

Metal Blade

Style:

Death-Baroque-Breakcore

Chroniqueur:

JeanMichHell

Note:

18/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

« Il faut encore porter en soi un chaos, pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante. Je vous le dis : vous portez encore un chaos en vous. » Je souhaitais commencer par cette citation de Nietzsche, car elle colle assez bien à l’univers proposé par Gautier Serre et son projet Igorrr. Le monde d’Igorrr est un chaos finement orchestré, où se mêlent de multiples (et le mot est faible) mouvements musicaux. Chaque titre est une expérience qui met indubitablement nos émotions au centre de l’écoute. Certes, il faut s’armer de patience pour appréhender ce que propose un monument tel que Spirituality And Distortion, mais bordel qu’est-ce que c’est jouissif !
Mais M. Gautier Serre ne fait pas tout tout seul et, même s'il compose, il se positionne avant tout en chef d’orchestre. Et c’est un véritable travail d’équipe, de groupe, qui est présent sur ce disque. On y retrouve notamment le violoniste Timba Harris, le bassiste Mike Leon, le pianiste Matt Lebofsky, le joueur d'Oud Mehdi Haddab, l'accordéoniste Pierre Mussi, le joueur de Kanoun Fotini Kokkala ou encore le claveciniste Benjamin Bardiaux.

On retrouve les compagnons de route habituels, déjà présents sur les productions précédentes, l’envoûtante Laure Le Prunenec et le puissant Laurent Lunoir. Il reste Sylvain Bouvier, batteur exceptionnel dans ce registre, qui donne l’aspect organique aux innombrables changements rythmiques de la musique de M. Serre.


Et tout ce beau monde ne vient pas simplement rajouter son talent comme un simple guest. L’art du chef d’orchestre est de fusionner les talents, ce qui est clairement le point fort de Spirituality And Distortion. Prenez le titre Parpaing, qui est clippé depuis quelques semaines. Qui aurait parié un jour que M. George "Corpsegrinder" Fisher aurait poussé le growl sur de l’electro-death Metal, hein qui ? Pour autant, ce titre dénature-t-il le savoir-faire du Corpsegrinder ? Absolument pas, c’est un véritable parpaing dans la mare ! Il intègre parfaitement l’univers d’Igorrr avec ce qu’il sait si bien faire. C’est en cela que cet album est tout simplement remarquable, cette capacité à donner de la cohérence à des univers qui, a priori, n’étaient pas faits pour se croiser.


Et des styles qui n’étaient pas forcément faits pour s’entendre, eh bien vous allez en entendre ! Vous aurez droit à de la double pédale et de la Musette, sur le délicieux Musette Maximum, un mix opéra baroque et Black Metal sur le grandiloquent Barocco Satani, ou encore groove et Rabbi Jacob (oui, c’est possible) sur Kung Fu Chèvre ! Bref, personne n’est prêt à prendre un tel spectre musical dans les oreilles au moment d’écouter les quatorze titres de Spirituality And Distortion.

La différence avec Savage Sinusoid, et même si elle est ténue, tient à une présence plus importante des instruments. Non pas que les machines soient oubliées, loin de là, mais pas de titre plus technoïde que ça, à l’instar d’un Robert sur le précédent opus. Les guitares sont plus au centre de la pulse. Les riffs de guitare sont plus directs et deviennent par là même la force motrice, ce qui a pour effet immédiat de donner une puissance supplémentaire aux titres. Il suffit d’écouter Nervous Waltz, Himalaya Massive Ritual, ou encore la seconde partie d’Overweight Poesy pour en être convaincu. On peut y opposer Very Noise, il est vrai, mais la tendance globale de ce disque est plus organique.

Pour conclure, j’ai simplement envie de remercier Ieud (sic) pour l’existence de ce groupe. Plaisanterie mise à part (ah non ça jamais !), je suis joie face à cet album. Il casse les codes musicaux établis, il casse l’ennui des albums refaits cinquante fois, mais il ne casse pas pour le plaisir. Il construit différemment, il construit une proposition unique dans le paysage actuel, avec une classe infinie et un savoir-faire unique. Et franchement, ça fait du bien.

Tracklist de Spirituality And Distortion:

01. Downgrade Desert
02. Nervous Waltz
03. Very Noise
04. Hollow Tree
05. Camel Dancefloor
06. Parpaing
07. Musette Maximum
08. Himalaya Massive Ritual
09. Lost in Introspection
10. Overweight Poesy
11. Paranoid Bulldozer Italiano
12. Barocco Satani
13. Polyphonic Rust
14. Kung-Fu Chèvre

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !