Artiste/Groupe:

Pattern-Seeking Animals

CD:

Prehensile Tales

Date de sortie:

Mai 2020

Label:

InsideOut

Style:

Rock Progressif

Chroniqueur:

Florentc

Note:

17.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Voilà bien un groupe absolument inconnu à mes yeux (et surtout mes oreilles). Presque aucune communication ni publicité malgré la signature chez LE label spécialiste du progressif : Inside Out. Très étonnant. Et encore plus étonnant lorsqu'on commence à y regarder de plus près. En effet, le groupe est composé de membres ou ex-membres de... Spock's Beard ! Oui, là, de suite ça parle plus. Et ça parle également en terme de qualité évidemment. Le groupe est ainsi composé de Ted LeonardJimmy KeeganDave Meros et John Boegehold. Plus qu'un simple side-project, il semble bien s'agir d'un "vrai " groupe, à part entière. Pattern-Seeking Animals sort donc avec Prehensile Tales son deuxième album, moin d'un an à peine après un premier album éponyme chroniqué sur notre site (mais encore une fois, j'étais totalement passé à côté, on ne peut pas être partout !). Avec tous ces indices, vous l'aurez compris, le rock progressif sera de mise. Et le groupe a su s'accompagner, car de nombreux instruments viendront les épauler. Violon, violoncelle, flûtes, trompettes ou autres saxophones sont aussi de la partie. On est d'accord, tout ça sent très bon !

Le voyage commence avec Raining Hard In Heaven et sa grosse basse bien présente. Ce titre sera le premier et le dernier sans instruments classiques mentionnés plus haut. On navigue dans du pur rock progressif à coup d'orgue hammond. Les influences sont ultra présentes, de Spock's Beard à Neal Morse (bien sûr, c'est logique) en passant par les Beatles. Pour débuter, le groupe nous sort pas le titre le plus accessible de l'album. Mais les huit minutes passent très vite et on passe déjà à Here In My Autumn. Une pièce aux envolées mélodiques superbes, un refrain limpide et une ambiance délicieusement nostalgique, aux touches eightees bien agréable. Le violon et la flûte magnifient la musique et donnent à ce titre un léger accent rappelant Ayreon. Trio basse - violon - clavier pour débuter Elegant Vampires. Le titre le plus court et le moins prenant de l'album, mais néanmoins réussi. Les touches psychédéliques aux claviers ramènent pour le coup dans les seventies cette fois-ci. Aahhh, voilà LE titre de l'album : Why Don't We Run. A lui seul l'album vaut le coup. Alors oui on s'éloigne énormément du classique rock progressif pour un titre très pop, au refrain entêtant, et que c'est bon ! Intro Asiatique, trompette (ce solo !), grosse touche de western, c'est la régalade durant cinq minutes ! 

Changement de décor, il ne reste que deux titres mais non des moindres. Lifeboat, du haut de ses dix-sept minutes, est donc le titre fleuve de l'album. Encore une fois le groupe bluffe son monde en rendant le titre accessible, tout en restant suffisamment technique pour plaire aux fans de prog. Découpé en cinq parties s'enchaînant parfaitement bien, on se retrouve encore une fois plongé entre les sixtees et les eightees. Le duo saxophone - violoncelle annoncant la deuxième partie offre un moment jazzy avant que la guitare de Ted Leonard nous délivre un court mais intense solo bien prog. Les deux dernières minutes nous font voyager à la Nouvelle-Orléans, avec cette trompette voltigeuse mais discrète, suivi de la flûte traversière. Superbe. Soon But Not Today clot ce voyage musical de fort belle manière. Douze minutes de folie. Encore une fois la technicité et les mélodies accrocheuses s'entremêlent à la perfection. Violon, trompette et flûte vont croiser le fer, pour le titre le plus "fou" de l'album. Certains passages font même penser à du Diablo Swing Orchestra (en clair, un joli bazar organisé). Excellent ! 

Pattern-Seeking Animals aura été une des vraies bonnes surprises de cette année. Les Américains nous délivrent là un album incroyablement bien écrit, à la fois riche, technique, mélodique, accrocheur, accessible et regorgeant d'influences variées. Tous les musiciens sont à l'unisson, la production est remarquable, bref, un achat obligatoire pour tout amateur de bonne musique. Et les réfractaires au progressif, c'est peut-être ce type d'album qui peut vous amener à ce style, car vraiment, il n'y a rien de rébarbatif ici. C'est simple, et c'est beau.

 

Tracklist de Prehensile Tales :

01. Raining Hard In Heaven
02. Here In My Autumn
03. Elegant Vampires
04. Why Don't We Run
05. Lifeboat
06. Soon But Not Today

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !